[CRITIQUE] Okja

Beaucoup de bruit pour rien

Okja, le nouveau film du cinéaste coréen Bong Joon-ho, a fait couler beaucoup d’encre. Son scandale cannois, dû à sa production par la plateforme Netflix et à sa non-diffusion en salles, a inévitablement entraîné la fureur des puristes, qui ne comprennent pas encore que le monde du cinéma est en train de vivre une révolution. Désormais, à l’instar des séries télévisées, les films aussi pourront se voir exclusivement sur Internet, qu’ils soient grosses productions ou films d’auteur. Cet esclandre n’a pour autant pas empêché les critiques les plus enthousiastes de se livrer à une pluie de comparaisons pour le moins douteuses : Okja serait un chef-d’œuvre où cohabiteraient la magie de Spielberg, l’imaginaire de Miyazaki et même la folie de Lynch ! Après avoir lu tout et son contraire sur cet objet autant décrié qu’admiré, il s’agit de faire la part des choses.

Il est évident que Bong Joon-ho sait manier l’art du spectacle. Entre scènes d’action, émotion pure et maîtrise de l’image numérique, le film joue habilement de tous les effets propices à l’émerveillement du spectateur et à son adhésion à l’univers dépeint. Des paysages verdoyants de Corée du Sud aux couloirs du métro new-yorkais, le cinéaste fait aussi preuve d’une rare capacité à filmer ses décors comme des lieux reflétant l’intériorité de ses personnages. La montagne apparaît comme un véritable havre de paix pour la jeune et innocente Mija, accompagnée de son grand-père et de son cochon Okja, tandis que la ville sera pour elle une véritable prison de buildings et d’acier. À l’inverse, le présentateur télé Johnny Wilcox, symbole d’une célébrité autocentrée et capricieuse, vivra un enfer après avoir gravi le sommet de la haute colline mais retrouvera contenance une fois devant les caméras fallacieuses de son émission.

Dans cette opposition entre nature et urbanité, Okja se perd déjà sur le chemin du manichéisme. Avec une grande naïveté, le film confronte la cupidité de Lucy Mirando, grande prêtresse d’une compagnie qui entend bien ne faire qu’une bouchée des super-cochons qu’elle a envoyés aux quatre coins du monde, et la bienveillance d’une organisation (végétarienne, évidemment) de lutte contre la maltraitance animale, menée de front par le magnétique Paul Dano. Si le film paraît d’abord prendre position pour les « gentils », tout le monde en prend finalement pour son grade, à grands coups de démonstration de force, de moqueries caricaturales et de guéguerre qui ne mène nulle part. Dans cette mascarade politico-écolo, le combat de la fillette Mija et son amour pour son amie porcine, qui auraient dû être au centre de l’histoire, finissent par ne plus exister au sein d’un monde violent régi par la méchanceté et la vanité qu’engendrent le pouvoir et l’argent.

Même dans un dénouement qui soulève le cœur et souligne l’impuissance du commun des mortels pour stopper l’engrenage de la surproductivité, Bong Joon-ho ne parvient jamais à donner à Okja la dimension politique et dénonciatrice attendue, la faute à un style bien trop fantaisiste pour convaincre pleinement. Dans un déferlement de couleurs criardes et d’images grotesques, le film prend rapidement l’aspect d’une farce grand-guignolesque, où absolument rien ne peut être pris au sérieux. Les scènes se déroulent toutes dans une effervescence forcenée, les touches d’humour ne parviennent jamais à poindre sous les répliques théâtrales et les acteurs américains, Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal en tête, cabotinent à chaque plan et donnent à l’ensemble un côté bien plus clownesque que réflexif. Seuls les acteurs coréens, Anh Seo-yeon et Byeon Hee-bong, parviennent à s’en tirer sans exagération facétieuse ou mimique ridicule.

Sans ampleur ni substance, Okja finit par noyer son sujet sous une ribambelle d’artifices stériles. Avec son esthétique superficielle et son propos évanescent, le film ne méritait nullement tout le tapage médiatique dont il a fait l’objet. Au sein d’un paysage audiovisuel en quête de réponses face aux troubles de notre société, Okja nous aura surtout appris que Netflix est capable du pire comme du meilleur en matière de productions fédératrices. Après la vision de ce film peu engagé et délicieusement creux, force est de constater qu’Okja rejoint bel et bien Black Mirror et Rebirth au rang des programmes qui entendent éveiller les consciences aux dangers actuels mais ne font que les plonger davantage dans la confusion et l’aveuglement. Pour le meilleur, on préférera revenir à Sense8 et à la récente sitcom One Day at a Time, pour admirer l’audace de ceux qui osent s’élever contre les différences et pour goûter à nouveau la douceur d’une humanité qui brille par sa solidarité et sa diversité.

Emilie Bochard

Réalisé par Bong Joon-ho
Avec Anh Seo-yeon, Tilda Swinton, Paul Dano, Jake Gyllenhaal
Aventure, Science-fiction, Corée du Sud, Etats-Unis, 1h58
28 juin 2017

 

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :