[TOP] 5 films Ghibli à (re)découvrir

Bonne nouvelle en ce début février : l’intégralité des films du Studio Ghibli va être mise en ligne sur Netflix ! À raison de sept titres par mois, les 21 films d’animation seront ainsi tous disponibles d’ici le 1er avril. 
Fondé en juin 1985 par Hayao Miyazaki et Isao Takahata, le Studio Ghibli est surtout connu pour ses longs-métrages, mais est également à l’origine de courts-métrages, jeux vidéos et téléfilms. 

Alors que le magnifique et poignant Tombeau des lucioles (Isao Takahata, 1988) est déjà visible sur la plateforme, voici le calendrier des sorties : 

À partir du 1er février : Le Château dans le ciel (Hayao Miyazaki, 1986), Mon voisin Totoro (Hayao Miyazaki, 1988), Kiki la petite sorcière (Hayao Miyazaki, 1989), Souvenirs goutte à goutte (Isao Takahata, 1991), Porco Rosso (Hayao Miyazaki, 1992), Je peux entendre l’océan (Tomomi Mochizuki, 1993), Les Contes de Terremer (Gorō Miyazaki, 2006).
À partir du 1er mars : Nausicaä de la vallée du vent (Hayao Miyazaki, 1984), Princesse Mononoké (Hayao Miyazaki, 1997), Mes voisins les Yamada (Isao Takaha,1999), Le Voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki, 2001), Le Royaume des chats (Hiroyuki Morita, sorti en 2002), Arrietty, Le petit monde des chapardeurs (Hiromasa Yonebayashi, 2010), Le Conte de la princesse Kaguya (Isao Takahata, 2013).
À partir du 1er avril : Pompoko (Isao Takahata, 1994), Si tu tends l’oreille (Yoshifumi Kondo, 1995), Le Château ambulant (Hayao Miyazaki, 2004), Ponyo sur la falaise (Hayao Miyazaki, 2008), La Colline aux coquelicots (Gorō Miyazaki, 2011), Le vent se lève (Hayao Miyazaki, 2013), Souvenirs de Marnie (Hiromasa Yonebayashi, 2014).

Comme vous l’avez deviné, chez Phantasmagory nous aimons beaucoup les films du Studio. D’ailleurs, on ne saurait que vous conseiller de regarder les magnifiques Princesse Mononoké, Le voyage de Chihiro et Pompoko dont nous vous avions déjà parlé dans certains de nos articles et dossiers précédents. Même si nous aurions pu vous parler de nos films préférés (Mon voisin Totoro, Le Château ambulant, Le Tombeau des lucioles…), ceux-ci sont déjà largement connus du grand public. Nous avons donc décidé de vous concocter à la place un petit top de cinq longs-métrages Ghibli un peu plus confidentiels mais qui gagneront à être (re)découverts. Bon visionnage !

Le Conte de la princesse Kaguya – Isao Takahata (2013)
Un brave coupeur de bambou découvre un tout petit bout de femme au coeur de la forêt. Émerveillés par ce cadeau divin, sa femme et lui décident de l’élever comme leur propre fille. Le temps révèle rapidement que la petite princesse est liée à la magie et aux astres.

Photogrammes x2(38)

Co-créateur du studio Ghibli, Isao Takahata est souvent passé dans l’ombre de son ami Hayao Miyazaki, bien que tout aussi talentueux que ce dernier. Peut-être est-ce dû au réalisme et à la profondeur philosophique tout particuliers de ses films ? Ou bien à sa productivité moins effrénée que celle de son collègue ? Le Conte de la princesse Kaguya est très librement inspiré d’un texte japonais fondateur : le conte populaire du “coupeur de bambous”. La beauté de l’univers graphique de ce film ne peut que nous rappeler la longue tradition d’estampe japonaise. D’ailleurs, l’Histoire japonaise est inscrite dans les lignes de ce récit – en profondeur. Finesse, sagesse et beauté, l’œuvre adopte les caractéristiques de son personnage. C’est le conte classique de la princesse vouée à être sauvée par un homme que réécrit Takahata. Heureusement, le moderne prend le pas sur le classique. Très attendu à sa sortie, la dernière production de Takahata datant de 2001 (Mes voisins les Yamada), Le Conte de la princesse Kaguya en a émerveillé plus d’un, mais est tout de même resté plus confidentiel que nombre d’autres Ghibli. Malgré sa durée qui pourrait compliquer sa découverte par de jeunes enfants, la poésie de ce film pourra vous emporter dès 9-10 ans.

Les Contes de Terremer – Gorō Miyazaki (2006)
L’Équilibre du monde est menacé par une terrible sorcière. Arren, prince d’Enlad, fuit son pays après avoir tué son père. Sur son chemin, il rencontre l’Épervier, magicien puissant qui tente de comprendre et de lutter contre la destruction du monde. Therru, une mystérieuse fille et Tenar, leur viennent en aide.

Photogrammes x2(39)

Premier dessin animé réalisé par le fils de Hayao Miyazaki, Les Contes de Terremer commence par un parricide (quand on sait que Gorō Miyazaki ne voulait pas suivre les traces de son père, cela peut être vu comme un acte symbolique). Film sur l’émancipation, mais surtout sur l’équilibre de la vie, il traite de la fin du monde détruit par la cupidité de l’homme. Le parallèle entre la magie et l’industrie est ici intéressant, car incarnée par des personnages qui l’utilisent de manière différente. Ainsi la magie est un outil qui peut faire le bien ou le mal et ce sont les humains qui la manipulent qui en sont responsables. À travers sa fuite, Arren découvre un pays gangrené par la corruption, la drogue et l’horreur : des milliers de personnes sont réduites en esclavage, tout se vend et tout s’achète. C’est une véritable critique de notre société, sans pour autant laisser de côté le fantastique et la poésie habituels des films Ghibli. Ainsi comme beaucoup de films du Studio le long-métrage est un hymne à la nature et à la beauté des choses. Accompagné d’une musique sublime, ce premier long-métrage de Gorō Miyazaki (La Colline au Coquelicot, 2011) est une réussite tant dans la narration — les dilemmes de son personnage principal sont amenés avec finesse — que dans les dessins où des paysages magnifiques côtoient des villes architecturalement proches du Moyen Âge occidental.

Mes voisins les Yamada Isao Takahata (1999)
Suite de sketchs sur le quotidien d’une famille japonaise.

Photogrammes x2(40)

Adapté d’un manga, Mes voisins les Yamada expose le quotidien d’une famille ordinaire mais néanmoins truculente. Si le film fut un échec à sa sortie, on ne peut que se régaler aujourd’hui devant cette œuvre pleine d’humour et de sagesse qui explore avec philosophie les thèmes du mariage, de la famille ou encore des relations parents-enfants. Loin de la tristesse du Tombeau des lucioles, Takahata offre ici une collection de leçons de vie qui malgré son univers graphique épuré vous émerveillera sûrement.

Porco RossoHayao Miyazaki (1992)
Dans l’Italie en crise de l’entre-deux guerres, Marco – pilote transformé en cochon suite à un envoûtement – mène une vie d’aventurier solitaire. Chasseur de prime reclus sur une petite île de l’Adriatique, il brave les pirates de l’air à bord de son hydravion et vole au secours des personnes en difficulté.

Photogrammes x2(41)

Premier film de Miyazaki à mettre en scène un protagoniste adulte dans un contexte historique réel, Porco Rosso est un des opus les plus matures du réalisateur. Dans cette œuvre complète et nostalgique, plaidoyer contre la guerre et ses absurdités, le maître de l’animation joue de ses thèmes de prédilection (l’aviation, les passions contrariées…) tout en cultivant son amour pour les paysages de la vieille Europe. Sans doute moins connu que les autres œuvres du réalisateur, ce film touchant et drôle saura sûrement trouver sa place parmi vos Ghibli préférés.

Le Royaume des ChatsHiroyuki Morita (2002)
Lycéenne, Haru peine à trouver sa voie. Un beau jour en rentrant de l’école, elle sauve de justesse un chat manquant de se faire écraser. Loin d’être un animal ordinaire celui-ci révèle alors à Haru l’existence d’un monde caché : le royaume des chats.

Photogrammes x2(42)

Petit cousin éloigné d’Alice au pays des merveilles, le film de Morita compte parmi les opus les plus discrets de la filmographie du studio japonais. Pourtant, avec ses graphismes léchés et son univers poétique mêlant magie et réalité, il contient bien tous les ingrédients phares de la recette Ghibli. Conte initiatique, Le royaume des chats s’adresse avant tout aux plus petits qui sauront apprécier cette histoire assez linéaire mais néanmoins menée tambour battant et dotée d’une galerie de personnages attachants.

Manon Koken, Marine Moutot et Marine Pallec

Le conte de la princesse Kaguya
Réalisé par Isao Takahata
Animation, Drame, Fantastique, Japon, 2h17
À partir de 9 – 10 ans
25 juin 2014

Les Contes de Terremer
Réalisé par Gorō Miyazaki
Animation, Aventure, Fantastique, Japon, 1h55
À partir de 7 – 8 ans
4 avril 2007

Mes voisins les Yamada
Réalisés par Isao Takahata
Animation, Comédie, Japon, 1h44
À partir de 7 ans
4 avril 2001 

Porco Rosso
Réalisé par Hayao Miyazaki
Animation, Aventure, Japon, 1h33
À partir de 7 – 8 ans
21 juin 1995 

 Le Royaume des Chats
Réalisé par Hiroyuki Morita
Animation, Aventure, Japon, 1h14
À partir de 6 ans
20 juillet 2002


Ces articles pourraient vous plaire

Insta(15) Insta(16) Insta(1)

 

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

4 commentaires sur « [TOP] 5 films Ghibli à (re)découvrir »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :