[CONSEILS DU VENDREDI] #83

Cette semaine dans les Conseils : Un fils, Kongo et Judy.


Un fils : En 2011, alors que Fares amène passer un week-end dans le sud de la Tunisie sa femme, Meriem, et son fils, Aziz, ils se retrouvent pris en embuscade entre deux groupes ennemis. Aziz est touché gravement à l’abdomen. Alors que sa vie est en jeu, Fares apprend qu’il n’est pas le père biologique.

Dans une situation politique compliquée, quelques mois après la chute de Ben Ali et quelques semaines avant celle de Kadhafi, le récit prend le pouls d’une société gangrenée par la morale sociale et religieuse. En plaçant Fares, Meriem et Aziz dans un contexte favorisé (elle travaille à un poste à forte responsabilité et ne porte pas de voile, il conduit une voiture hors de prix…), le jeune cinéaste, Mehdi M. Barsaoui, veut faire voler en éclats les conventions et les illusions dans lesquelles évolue cette famille. Ce drame permet ainsi de questionner chaque certitude des personnes et plus particulièrement celles de Fares quand il apprend qu’il n’est pas le père d’Aziz (avec qu’il a une relation très fusionnelle, montrée au début du film). Lui qui se pensait être un homme moderne est scandalisé par l’infidélité de sa femme. C’est également la question de la parenté qu’aborde le film et ce que cela implique au niveau de l’individu et plus largement dans la société. La place de la femme est aussi remise en question avec Meriem, femme indépendante qui doit se conformer aux décisions (parfois irrationnelle) de Fares, le tuteur légal d’Aziz. Elle n’a guère sa place pour sauver son fils d’une mort certaine et pourtant elle essaye de faire tout ce qu’elle peut. La caméra portée ne quitte jamais ses personnages et les suit au plus près. Le cinéaste a opté pour une sobriété de la mise en scène qui s’il épure le cadre révèle les émotions et sentiments de Fares (joué par Sami Bouajila, prix d’interprétation à la Mostra) et Meriem (Najla Ben Adballah, actrice encore inconnue en France qu’il faut suivre de près). Ainsi Un fils est touchant et juste dans son propos (que le réalisateur Mehdi M. Barsaoui ne simplifie jamais). M.M

Kongo : À Brazzaville, l’apôtre Médard, un guérisseur ngunza, soigne et conseille les habitants. Malgré ses actions, il se retrouve accusé de magie noire et doit être jugé. Société traditionnel et société moderne se rencontrent au coeur de la capitale congolaise.

Programmé dans la sélection ACID à Cannes 2019, Kongo aura sûrement une belle carrière en salle. La preuve en est les nombreuses avant-premières et rencontres organisées jusqu’à ce jour. Ce documentaire a été réalisé par le duo de réalisateurs formé par Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav suite à leur rencontre au Comité du Film Ethnographique. Ils découvrent le Congo en 2013 et, avides de contacts avec l’invisible, partent à la recherche de phénomènes mystérieux. Défendant une volonté de cinéma direct, ils nous entraînent dans le quotidien d’un guérisseur traditionnel ngunza accusé d’avoir tué les enfants d’une de ses clientes, l’apôtre Médard. Société traditionnelle et société moderne se rencontrent et s’entrechoquent. Et pourtant cette imbrication entre les deux mondes semble couler de source et irriguer la vie congolaise. Distordant la réalité à l’envie, le récit devient de plus en plus mystique à mesure que les paroles et le point de vue du héros imprègnent le film, devenu un conte qui amènera même les protagonistes à sauver une sirène. Quelle est la part de vérité ? A la fin de la projection, cette question persiste dans nos esprits et dérange un peu. Pourtant, en filigrane, Kongo met en lumière la croissance de l’exploitation des terres par les entreprises chinoises et l’industrialisation importance que subit le pays, abimant la Nature et les piliers des croyances. Sujet passionnant et inhabituel, ce film sur l’invisible, principalement porté par le charismatique et fascinant Apôtre (un véritable personnage !), intriguera sûrement de nombreux spectateurs. Si vous souhaitez en voir plus, vous pouvez retrouver les travaux du duo sur Expédition invisibleM.K.

Toujours en salles 


Judy : Alors qu’elle vient de perdre la garde de ses enfants (qu’elle aime plus que tout), car elle n’a pas de revenu ni de domicile fixe, Judy accepte de partir se produire à Londres pour un show qui devrait la remettre à flot.

La biographie Judy revient sur la petite fille préférée des Américains : Dorothy du Magicien d’Oz. Alors que nous suivons les derniers instants de la chanteuse et actrice Judy Garland, le récit est ponctué de flash-back du tournage de la célèbre comédie musicale. Dans une ambiance colorée, nous suivons la jeune fille, alors à peine âgée de 17 ans, dans les fausses soirées et fêtes organisées pour elle et où elle ne peut pas prendre part, mais également les faux rendez-vous galants, où il lui est interdit de manger. Cette époque la marque profondément et lui laissera des séquelles sur sa santé physique et mentale (dont une addiction à différentes drogues). Ainsi, le récit a pour but de mieux faire comprendre les derniers instants de cette chanteuse et actrice talentueuse.
C’est l’actrice américaine Renée Zellweger qui donne ses traits à Judy et reçoit le prix d’interprétation féminine aux Oscars pour une prestation impressionnante (comme toujours pour qu’un biopic soit réussi). Si le long-métrage ne renouvelle pas le genre du biopic et pourrait paraître édulcorer par rapport à la réalité des souffrances qu’a connues Judy Garland, il reste un film touchant sur les ravages d’Hollywood sur les produits maison qu’ils fabriquent de toute pièce. M.M

Marine Moutot et Manon Koken

Un fils
Réalisé par Mehdi M. Barsaoui
Avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri
Drame, Tunisie, Quatar, Liban, France, 1h36
11 mars 2020
Jour2Fête

Kongo
Réalisé par Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav
Documentaire, France, Congo, 1h10
11 mars 2020
Pyramide Distribution

Judy
Réalisé par Rupert Goold
Avec Renée Zellweger, Jessie Buckley, Finn Wittrock
Drame, Biopic, Angleterre, 1h59
26 février 2020
Pathé

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :