[TOP] Qui es-tu Mathieu Amalric ?

Temps de lecture : 8 minutes

Cette année, l’acteur et réalisateur Mathieu Amalric était parrain de l’édition en ligne du Fema, 48ème édition du Festival La Rochelle Cinéma, qui s’est déroulée du 26 juin au 05 juillet 2020 en partenariat avec la plateforme de VOD La Cinetek. Cette dernière diffusait entre autres plusieurs films réalisés par Mathieu Amalric : Mange ta soupe (1997), Barbara Hannigan (2020) et Étroitement surveillé (2020), tous deux tournés pendant le confinement. 

Mathieu Amalric commence sa carrière dans le milieu des années 1990 avec des petits rôles, avant un premier grand rôle dans Comment je me suis disputé … (ma vie sexuelle) d’Arnaud Desplechin en 1997. Il y joue Paul Dédalus, qu’il retrouvera près de 20 ans plus tard dans Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin, 2014). Fidèle aux cinéastes et à leur univers, il est devenu un acteur récurrent dans les films des Frères Larrieu (Un homme, un vrai, 2002 ; Les derniers jours du monde, 2008 ou encore L’Amour est un crime parfait, 2013), de Roman Polanski (La vénus à la fourrure, 2014 ; J’accuse, 2019), Alain Resnais (Les herbes folles, 2008 ; Vous n’avez encore rien vu, 2011) et même du cinéaste américain Wes Anderson (il fait la voix française de Mr Fox dans Fantastic Mr Fox, 2010 ; The Grand Budapest Hotel, 2013 ; The French Dispatch, 2020). Plusieurs prix ont récompensé son talent : le César du meilleur espoir masculin en 1997 pour Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) d’Arnaud Desplechin, puis deux fois le César du meilleur acteur : en 2005 pour Rois et Reine d’Arnaud Desplechin et en 2008 pour Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel. 

La carrière de Mathieu Amalric est aussi internationale. Après un passage éclair dans Munich (2005) de Steven Spielberg et Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006), il interprète Daniel Green, l’antagoniste de James Bond dans Quantum of Solace, aux côtés de Daniel Craig et d’Olga Kurylenko. Loin d’être machiavélique ou encore dérangé, ce méchant est fin stratège et manipulateur. Un rôle qui renforce et s’appuie sur le charisme du comédien. En 2015, il joue également dans une production britannique, la série de la BBC Wolf Hall, où il interprète le français Eustache Chappuis. Il apparaît dans le cinéma de David Cronenberg en 2012 dans Cosmopolis où il est méconnaissable en blond peroxydé dans un anglais avec un fort accent français, comme à son habitude. Mais Mathieu Amalric aime surtout s’amuser au cinéma. Il n’hésite pas à apparaître quelques minutes pour tourner avec des amis. Ainsi il interprète un professeur bedonnant dans Camille Redouble de Noémie Lvovsky en 2011. Dans le documentaire de Marcelo Novais Teles L’Exilé qui parle de 20 ans de la vie de son ami brésilien arrivé en France, il y joue son propre rôle. Le film a connu une petite sortie en France, mais l’acteur n’a pas hésité à présenter de nombreuses séances à Paris. Il a su rester simple malgré sa carrière impressionnante.
Principalement connu des cinéphiles, il commence pourtant à jouer dans des films plus grand public. Il tient le rôle principal de la comédie de Gilles Lellouche Le Grand bain qui fut l’un des plus gros succès de l’année 2018. Il a également rejoint Le Bureau des légendes, série à succès sur Canal +. 

En plus d’être un acteur accompli, Mathieu Amalric est un cinéaste dont le style personnel s’affirme de réalisation en réalisation. Dans son premier film intimiste, Mange ta soupe, un fils profite d’un passage à Paris pour retourner voir sa mère, critique littéraire envahie de livres. Jeanne Balibar, alors sa compagne, y interprète un petit rôle mais jouera le rôle principal dans Le Stade de Wimbledon, tourné en 2001. Ce film est un enquête sur un écrivain qui n’a jamais publié de texte. Une femme part à la recherche du passé de l’auteur. C’est Jeanne Balibar lui suggère de transformer le personnage principal masculin en femme. En 2010, il reçoit le prix de la Mise en scène au Festival de Cannes pour l’un de ses plus beaux films : Tournée. Il raconte l’histoire d’un impresario qui revient en France avec une troupe du “New Burlesque” avec qui il espère faire la tournée des cabarets. Mais le passage obligé à Paris s’annonce plus compliqué que prévu. Il retourne à Cannes en 2014 dans la sélection Un Certain Regard avec La Chambre bleue, adaptation du livre de Georges Simenon. Puis le sublime Barbara remporte de nombreux prix en 2017.  Son prochain film, Serre-moi fort est en cours de production.

Mathieu Amalric, c’est quoi alors ? Un acteur chevronné qui passe d’univers loufoques à des films plus intimistes. Qui continue d’apprendre et de surprendre. C’est un cinéaste talentueux qui montre la poésie du cinéma. Il est toujours là où l’on ne l’attend pas et c’est sans doute sa plus grande force. Retour sur cinq films et séries qui nous ont marquées (classé par ordre alphabétique).

L’Agent immobilier Etgar Keret et Shira Geffen, 2020

Olivier Tronier est un agent immobilier en déperdition. Tout en tâchant de faire illusion auprès de sa fille adolescente et de ses clients, fauché, sans domicile, il squatte les appartements qui lui sont confiés. L’héritage d’un immeuble à la mort de sa mère, loin d’être une bonne nouvelle, enfonce un peu plus le pauvre personnage : véritable ruine, il est occupé par une unique locataire qui ne compte pas déménager et convoité par un prêteur de fonds peu scrupuleux. Une mésaventure qui pourrait bien se transformer en conte de fée.

L'agent immobilier (3/4)

Mathieu Amalric apparaît régulièrement sur le petit écran. Outre des téléfilms, il a joué dans plusieurs séries, dès 2011. En 2015, il tenait son premier rôle sériel important dans la mini-série historique britannique Wolf Hall. Son personnage, Eustache Chappuis, apparaissait pour la première fois dans l’épisode 3, puis dans chaque épisode jusqu’à l’épisode final. De 2018 à 2020, il interprète Jean-Jacques dans les saisons 4 et 5 de la série française Le Bureau des légendes. Sa dernière apparition sur petit écran a eu lieu cette année-même, dans une mini-série diffusée par Arte, d’Etgar Keret et Shira Geffen, qui avaient auparavant coréalisé le long-métrage Les Méduses (2017).

L’Agent Immobilier est une série burlesque, où le tragique devient comique et où le merveilleux apparaît là où on ne l’attend pas. Ainsi que dans les grands classiques du genre, l’acteur y tient un rôle essentiel : la série aurait-elle le même attrait sans le jeu de Mathieu Amalric ? Avec sa diction traînante, qu’il accompagne d’un air hébété, il livre un personnage en parfait décalage avec ses mésaventures. Il semble agir comme dans un rêve, renforçant ainsi l’aspect merveilleux de ce conte de quatre épisodes.

Barbara – Mathieu Amalric, 2017

Barbara est l’histoire de la chanteuse, mais également du tournage d’un biopic autour d’elle. L’obsession d’un homme qui n’arrive plus à s’en détacher. Le talent d’une actrice qui se fond dans Barbara. C’est une histoire d’amour. C’est une histoire de chansons. C’est une histoire de faux semblants.

Capture d’écran 2020-07-05 à 14.36.43

Faire un biopic sur la chanteuse Barbara semble impossible. Pleine de rêves, de fantasmes, l’artiste s’est toute sa vie inventée et réinventée, ce qui fait qu’aujourd’hui il est difficile de discerner le faux du vrai, le vrai du faux. Mathieu Amalric, à la fois acteur et réalisateur, décide donc de tourner le tournage du biopic consacré à la chanteuse Barbara. Il ajoute une épaisseur au mythe, il confond les images d’archives et les prises de vue réelle avec l’actrice Jeanne Balibar, dont la ressemblance avec Barbara est troublante. Il est parfois impossible de savoir qui est la personne que nous voyons : Barbara ou l’actrice, Jeanne Balibar ou la chanteuse. Un véritable tour de force pour le cinéaste qui rend un film poétique, emprunt d’obsession et d’amour. Un long-métrage troublant et magnifique qui a reçu un prix spécialement créé pour lui lors du Festival de Cannes en 2017 : le Prix de la poésie du cinéma.
Il s’agit du septième film de Mathieu Amalric et on y retrouve ses obsessions de cinéaste : ce désir de départ, de la route qui était déjà dans Tournée (2010). L’enquête également. Retrouver la trace d’une figure énigmatique. Dans Le Stade de Wimbledon (2001), une jeune femme — Jeanne Balibar — enquête sur un écrivain mort qui n’a jamais rien publié. Dans Barbara, Amalric joue un cinéaste qui, à travers son film, pense pouvoir toucher du doigt le mystère de la chanteuse et rejouer son fantasme d’enfant qui cherche à l’approcher. Une des plus belles déclarations d’amour jamais faites au cinéma.

Les Derniers jours du monde – Les Frères Larrieu, 2008

Une catastrophe s’abat sur la Terre et le monde manque de s’effondrer. Dans cet atmosphère de chaos, Robinson part sur les routes pour retrouver son amour. Mais sur le chemin d’autres femmes l’attendent.

Capture d’écran 2020-07-05 à 14.37.25

Les Derniers jours du monde est un film délirant sur la quête d’un amour dans un monde chaotique. En offrant le rôle de Robinson Laborde à Mathieu Amalric, les frères Larrieu lui offrent l’un de ses personnages les plus étranges.
Après avoir tourné dans Un homme, un vrai (2002), l’acteur retombe dans l’univers décalé des deux frères. À ses côtés, Karin Viard, Catherine Frot ou encore Clotilde Hesme, partent sur la route dans cette odyssée amoureuse. Le film révèle le talent de l’acteur pour jouer hors des conventions et des normes. Il montre ici toute son étendue comique, mais également érotique. La sensualité d’Amalric n’est pas forcément quelque chose qui peut paraître évident au premier regard, or, dans ce film, la charge sensuelle qu’il transporte est importante. Et c’est ce décalage entre comique et érotisme, entre drame et amour que le film parvient à décrire. C’est aussi l’opportunité de le voir courir nu au côté d’Omhyra Mota dans les rues de Paris — cette image est devenue d’Épinal quand les Cahiers du Cinéma l’ont utilisé pour illustrer le dernier numéro de la rédaction en juin 2020. Mathieu Amalric a retrouvé les frères Larrieu dans L’Amour est un crime parfait en 2013, une histoire d’amour entre un frère et une sœur très troublante.

Le Scaphandre et le papillonJulian Schnabel, 2007

Après un accident cardiovasculaire, un homme se réveille du coma. Paralysé, incapable de parler, il peine à communiquer et à trouver espoir. Autour de lui, les médecins se démènent pour lui permettre de renouer le lien avec le monde qui l’entoure. Ils élaborent un système de communication sophistiqué qui lui permet non seulement de tenir une conversation mais également d’écrire un livre.

vitrine1-2

Peu de cinéastes se risquent à utiliser l’ocularisation interne, c’est-à-dire à mettre la caméra à la place du regard d’un personnage, sur un temps long. Dans Le Scaphandre et le papillon, une grande partie des scènes est filmée du point de vue de Jean-Do, le personnage paralysé joué par Mathieu Amalric. Le jeu du comédien, qui doit jouer sans corps, relève davantage du doublage. Un exercice qu’il réussit parfaitement, sans doute car son jeu repose en grande partie sur la voix et la diction, et auquel il s’adonnera ensuite à plusieurs reprises, en rejoignant le cast des films d’animation de Wes Anderson – il est Mr Fox dans Fantastic Mr Fox (2010) et Duke dans L’Île aux chiens (Isle of Dogs, 2018) – ou en narrant des films documentaires. Sarcasme, colère, tristesse, poésie, il maîtrise tous les tons, tous les registres, mais ce sont les passages narrés qui sont les plus mémorables, car la narration de l’acteur s’accompagne de la réalisation de Julian Schnabel, qui en renforce la poésie et qui souligne le décalage entre l’esprit vif et le corps meurtri du personnage.

Un Conte de Noël – Arnaud Desplechin, 2008

Junon vient d’apprendre qu’elle est atteinte d’une maladie génétique rare. Pour survivre, elle doit recevoir une greffe de moelle osseuse. Faute de donneur compatible, elle fait appel à ses enfants : Elizabeth, Henri et Ivan. Mais depuis une tragique histoire où Elizabeth a banni son frère Henri, la famille s’est dissoute. Junon et son mari, Abel, décident donc de réunir une nouvelle fois les frères et la sœur pour leur annoncer la nouvelle, un soir de Noël.

18791055.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Cette fresque familiale de 2 h 30 dans une famille dysfonctionnelle colle parfaitement à la réalisation d’Arnaud Desplechin. Dans un montage abrupt et avec des effets de caméra qui pourraient faire cheap, le cinéaste donne de la vie à son film. Le côté brouillon, fouillis est ce qui fait la famille Vuillard.
Il s’agit de la quatrième collaboration entre Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric (ils tournent par la suite trois autres films). Après lui avoir donné son premier grand rôle en 1997 dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) pour lequel il remporte le César du Meilleur espoir masculin, le cinéaste lui offre également l’une de ses plus belles prestations dans Rois & Reine en 2005 — pour lequel Mathieu Amalric gagne son premier César. Dans Un Conte de Noël, le personnage d’Henri a quelque chose de détestable. Hypocrite, profiteur, alcoolique, Henri est un être déchu qui n’a jamais reçu l’amour de sa mère. Il est pourtant attachant et sympathique pour le spectateur qui compatit avecpour lui. Être pitoyable, Henri est le personnage le plus fascinant de ce Conte de Noël. Desplechin lui crée une profondeur passionnante que la fragilité et le charisme d’Amalric révèlent à la perfection. Ce rôle antipathique est également intéressant dans la carrière de l’acteur, qui n’avait jamais joué de rôle d’antagoniste — il tourne la même année Quantum of Solace où il interprète le méchant dans James Bond. Il s’agit d’un de ses plus beaux rôles.

Avec plus de 130 films et séries à son actif, Mathieu Amalric est un acteur et cinéaste prolifique. Dans le paysage cinématographique français, il est inclassable, faisant partie de cette génération d’acteurs qui arrive à se fondre partout tout en gardant un jeu propre. Loin de l’Actor Studio, il conserve au contraire une naïveté et une fraîcheur dans son jeu qui font de lui un acteur rare. Il sera bientôt à découvrir dans The French Dispatch qui sortira en octobre 2020 ou encore dans le prochain film des frères Larrieu, Tralala, une comédie musicale qui s’annonce loufoque.

Marine Moutot et Johanna Benoist

L’Agent immobilier
Créée par Etgar Keret et Shira Geffen
Avec Mathieu Amalric, Eddie Mitchell
Comédie, France, Belgique (Mini-série – 4 épisodes x 52 min)
Mai 2020
En VOD sur Arte Boutique

Barbara
Réalisé par Mathieu Amalric
Avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric, Vincent Peirani
Biopic, France, 97min, 2017
En VOD sur Canal VOD et FilmoTV

Les Derniers jours du monde
Réalisé par Jean-Marie et Arnaud Larrieu
Avec Mathieu Amalric, Catherine Frot, Karin Viard
Comédie Dramatique, France, 130 min, 2009
En VOD sur Canal VOD, Uniercine et FilmoTV

Le Scaphandre et le papillon
Réalisé par Julian Schnabel
Avec Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Max von Sydow
Drame, Biopic, France, USA, 112min, 2007
En VOD sur CanalVOD, Universcine et FilmoTV

Un conte de Noël
Réalisé par Arnaud Desplechin
Avec Catherine Deneuve, Jean-Paul Roussillon, Mathieu Amalric
Comédie dramatique, France, 150min, 2008
En VOD sur Netflix, CanalVOD et Universcine


Ces articles pourraient vous plaire

Insta(19) Insta(20) Insta(21)

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :