[CRITIQUE] La Première Marche

Temps de lecture : 2 minutes

Youssef, Yanis, Annabelle et Luca sont quatre étudiants en science politique à Paris 8. Ils ont décidé d’organiser la première Marche des fiertés hors de Paris avec leur association Saint-Denis Ville au cœur, le 9 juin 2019. Deux cinéastes les ont suivis pendant les mois de préparations.

Présentation. Les quatre étudiants expliquent leurs projets et envies à d’autres étudiants : faire la première Marche des fiertés hors de Paris, à Saint-Denis plus précisément. Pendant 1 h 10, nous suivons ces jeunes dans leur démarche politique et sociale pour montrer que l’on peut être banlieusard et LGBTQIA+. Doublement stigmatisés, poussés à dépasser les préjugés dont ils sont victimes, ils souhaitent à la fois revendiquer leurs origines et leurs identités sexuelles. Youssef, Yanis, Annabelle et Luca veulent que l’intersectionnalité — quand une personne ou un groupe subit plusieurs formes de discrimination — prime pendant cette première Marche des Fiertés. Regrouper ainsi plusieurs communautés et ethnies sous une même bannière : « être banlieusard.e.s et fièr.e.s ».  Dans une urgence — qui se sent dans la mise en scène qui va chercher au plus près, caméra à l’épaule — ces jeunes créent et inventent une nouvelle façon d’exposer les choses. 

Le documentaire La Première Marche met en avant des jeunes motivé.e.s et engagé.e.s et ils semblent évident pour les deux cinéastes, Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray — qui réalisent ici leur premier documentaire —, que leur parole doit être respectée. Ils n’hésitent pas à filmer de longs moments où ils les interpellent, leur posent des questions, leur donnent même des idées. Nous les suivons également hors de leur combat, dans leur vie quotidienne — surtout Youssef — : shopping, bar, soirée. Il n’y a pas de neutralité ni d’objectivité, mais du respect. La caméra est omniprésente et les jeunes militants s’en amusent. Les deux cinéastes intègrent la bande. Ainsi, nous ne découvrons pas un documentaire ou un reportage sur une association, mais un portrait touchant, vivant d’une jeunesse bouillante de désirs et de passion. Dans un premier temps, les réalisateurs montrent leur insouciante — celle de la jeunesse — et leur naïveté, pour ensuite prouver que ces quatre étudiants ont conscience de l’ampleur de la tâche qui les attend et les montrent dans l’action : interview par des radios pas forcément sympathiques — ou qui n’y comprennent rien —, tractage, affichage, conférence. Cette sensibilisation se fait ainsi au quotidien. Et face à leur interaction avec l’extérieur, nous remarquons à quel point leur combat est juste, à quel point ils sont loin de la ligne d’arrivée. Sans jamais être pédagogique, le documentaire aborde des thèmes que l’association souhaite combattre comme l’homonationalisme — stigmatiser les populations dites « homophobes », en France Marine Le Pen le fait très bien pour cacher son racisme derrière un faux intérêt pour les communautés LGBTQIA+ — ou encore l’homonormativité — établissement de standard pour être « normaux » en tant qu’homosexuelle (ne soit pas trop femme pour un homme et trop homme pour une femme). 

Les deux documentaristes n’oublient jamais de filmer la ville de Saint-Denis qui est le centre de cette marche. Ainsi nous la découvrons à travers les fenêtres, le marché, la mairie et toujours avec ses habitants au centre. Cette ville reste encore trop souvent dans les esprits comme la banlieue sale et méchante. Ici, le film la met en valeur, sans la dénaturer, mais en la montrant authentique. En suivant ces quatre étudiants, La Première Marche est un message urgent, efficace et contestataire.

Marine Moutot

  • La Première Marche
  • Réalisé par Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray
  • Documentaire, France, 1h10
  • 14 octobre 2020
  • Outplay Films

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :