[TOP] Retour sur l’année Civil

Temps de lecture : 8 minutes.

L’année Civil a incontestablement été 2019. En tête d’affiche de quatre films, François Civil était présent dans les salles de cinéma tout au long de l’année. Ce jeune acteur d’à peine 30 ans a commencé par des petits rôles dans des comédies françaises. Puis, après un rôle notoire dans Bus Palladium (Christopher Thompson, 2010), sa carrière commence à décoller au début des années 2010, jusqu’à jouer dans une dizaine de films en l’espace de seulement cinq ans. De plus, François Civil possède une palette de jeu assez large. Il excelle dans des rôles de comédie, de drame en passant par la romance avec une aisance folle. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé en 2019. À l’occasion de la diffusion inédite sur M6 ce soir, du long métrage d’Antonin Baudry, Le Chant du loup, il est temps de faire une petite rétrospective de l’année Civil !

François Civil, Reda Kateb et Mathieu Kassovitz sont sur un bateau… Dans Le Chant du loup

CHANT DU LOUP
Le Chant du loup, Antonin Baudry, février 2019

Le Premier maître Chanteraide (François Civil) est spécialiste en guerre acoustique. Ça, c’est ce qu’il dit à Diane (Paula Beer) pour la draguer dans un bar. En réalité, il est Oreille d’Or. Engagé dans la Marine, il est présent à bord des sous-marins français pour identifier les bruits extérieurs et détecter des potentielles menaces. Un jour, un malentendu pousse le Capitaine de vaisseau Grandchamp (Reda Kateb) à refuser sa présence à bord lors d’une mission qui s’annonçait pourtant banale. Cependant, cette sortie en mer va changer la vie de tous les membres de l’équipage de l’Effroyable et même de ceux qui ne se trouvent pas à bord du sous-marin. François Civil incarne un personnage plus complet que ses rôles précédents. Malgré un premier rôle remarqué en 2017 dans Burn Out (de Yann Gozlan), où il incarnait un pilote de moto légèrement agressif, le grand public n’avait pas encore eu la possibilité d’observer la nuance dans le jeu de François Civil. Ici, son personnage est plus doux, ce qui tranche avec les situations d’urgence et de danger dans lesquelles il évolue, ce qui diffère de son rôle de Tony (Burn Out). De plus, il impose sa présence au sein d’un casting remarquable : Omar Sy, Mathieu Kassovitz, Reda Kateb… Souvent qualifié de “blockbuster à la française”, ce film tient en haleine le spectateur par son histoire et son environnement inédit. Une occasion est offerte aux spectateurs de découvrir le fonctionnement de cette organisation d’ordinaire inaccessible et d’en comprendre les rouages à travers un déroulement lisible et facile à comprendre. Au-delà de l’atmosphère du film d’action haletant, le réalisateur met également en avant les subtilités et les limites des protocoles militaires, ce qui humanise tout le propos. Le film additionne les bons points avec un casting cinq étoiles, une musique originale de Marc Streitenfeld (qui a signé la musique de la plupart des films de Ridley Scott) qui ne fait qu’accentuer les émotions des personnages et une première réalisation au service du jeu des acteurs…
De plus, la mise en scène dans le long métrage d’Antonin Baudry force les acteurs à faire passer toutes les émotions par leurs visages, leurs expressions, leurs regards… En effet, 70% du film se déroule dans un espace confiné avec un éclairage parfois très sombre où il y a peu de place pour se mouvoir. Par conséquent, tout ce que ressentent les personnages doit être identifiable à travers leurs expressions. Tout doit passer par le regard. C’est grâce à cela que François Civil a réussi son pari. Toute l’intensité de son jeu est d’ailleurs exaltée dans une scène de fin à couper le souffle, mais on ne vous en dit pas plus…

François Civil séduit Juliette Binoche pour le meilleur et pour le pire… Dans Celle que vous croyez

CELLE QUE VOUS CROYEZ
Celle que vous croyez, Safy Nebbou, mars 2019

Après le visage, la voix… Autant François Civil devait faire passer toutes les émotions de son personnage à travers ses yeux dans Le Chant du loup, autant il doit miser sur un autre organe dans le drame romantique de Safy Nebbou (2019). Celle que vous croyez raconte l’histoire de Claire (Juliette Binoche), une professeure de lettres, divorcée et qui entretient une relation avec un jeune homme nommé Ludo. Un jour, Ludo met fin à leur relation. Elle décide alors de passer par son meilleur ami pour l’atteindre. Pour ce faire, elle se crée une fausse identité sur les réseaux sociaux et commence à discuter avec Alex, l’ami de Ludo. C’est là que François Civil intervient : il joue Alex, jeune trentenaire photographe qui habite dans la Sarthe. Étant éloignés géographiquement, tout le début de leur relation va se dérouler à distance. Ils vont se rapprocher de plus en plus. Le récit est raconté selon le point de vue de Claire. Par conséquent, le spectateur ne voit pas du tout Alex jusqu’à ce que Claire ait l’opportunité de le rencontrer. Ce n’est pas pour cela que le personnage d’Alex est effacé avant leur rendez-vous. En effet, au-delà des insertions des messages qu’ils s’échangent, ils passent des heures au téléphone. Pendant plus d’une heure de film, nous ne voyons pas le personnage de François Civil, mais nous l’entendons. Cette fois, l’acteur doit exprimer ses émotions seulement à l’aide de sa voix. Évidemment, c’est une réussite. Et puis, lorsque Claire rencontre enfin Alex, c’est un autre acte du film qui se déroule. Toute la dernière partie du film est construite comme un court métrage, comme si leur rencontre avait déclenché une nouvelle histoire dans l’histoire. Après avoir entendu la voix d’Alex, son apparition lance un nouveau chapitre plus léger et moins anxiogène. Car oui, il ne s’agit pas d’une comédie romantique. Le film traite d’un sujet plus sombre. Même si la personnalité du personnage d’Alex apporte une certaine fraîcheur, c’est bien le jeu authentique de François Civil qui rend également le tout plus… agréable à regarder et à écouter !

François Civil vit dans une réalité parallèle…  Dans Mon inconnue

Mon inconnueMon inconnue, Hugo Gélin, avril 2019

Lauréat du Swann d’Or du Meilleur Film au Festival du Film Romantique de Cabourg en 2019, la comédie romantique d’Hugo Gélin a séduit les critiques et le grand public. François Civil, qui a reçu le Prix d’interprétation masculine au Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez en 2019, incarne Raphaël Ramisse, un écrivain à succès qui se heurte à un problème peu commun. En effet, après plus de 10 ans de relation avec sa femme, Olivia (Joséphine Japy), professeure de piano, tout bouscule un jour de tempête de neige. Après avoir fait de sa femme une des héroïnes de ses romans, il décide de tuer son personnage. Cette action va le plonger dans une réalité parallèle où il n’aurait jamais rencontré Olivia : pas de relation au lycée, pas de vacances au bord de la mer, pas de mariage, pas de bel appartement dans le 16ème arrondissement de Paris et surtout, pas de succès. Dans cette nouvelle vie, Raphaël n’a jamais écrit son premier roman. Il est professeur de français dans un collège. Quant à Olivia, elle est devenue une grande pianiste de la scène musicale française et Raphaël n’est qu’un étranger pour elle. Construit comme une (recon)quête que le héros doit mener pour retrouver sa vie d’avant, le film oscille sans cesse entre moments de comédie (brillamment portés par le duo François Civil / Benjamin Lavernhe) et scènes plus émouvantes. La subtilité du film réside dans le fait que le but que s’est fixé le personnage n’est pas nécessairement celui qui va le rendre heureux. Au-delà de la dimension comique du film lorsque Raphaël tente différents stratagèmes tous plus burlesques les uns que les autres pour reconquérir la femme qu’il aime, les moments les plus prenants sont ceux où il découvre des aspects de sa vie dont il n’a jamais eu conscience. Cette innocence palpable apportée par la sincérité du jeu de François Civil aide à élever le film à un registre plus poétique qu’une simple comédie romantique. 

François Civil se reconstruit… Dans Deux moi

deux moiDeux moi, Cédric Klapisch, septembre 2019

François Civil signe ici une deuxième collaboration avec Cédric Klapisch et Ana Girardot. En effet, ce trio avait déjà œuvré dans le long métrage Ce qui nous lie en 2017.
Encore une comédie romantique ? Et bien, oui et non. Le personnage de Rémy (François Civil) est complètement opposé à celui de Raphaël Ramisse (Mon Inconnue). Là où Raphaël est une véritable tête brulée, Rémy est à un moment de sa vie où il se sent éteint. Après les yeux et la voix, c’est un autre outil de communication que François Civil doit manier dans Deux moi : le pouvoir des silences. Le film se concentre sur deux quotidiens : celui de Rémy et celui de Mélanie (Ana Girardot). Ces deux personnages traversent un épisode dépressif et ils font face à un problème commun : la solitude. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de silences dans le long métrage de Cédric Klapisch. Les deux protagonistes vivent seuls et cette situation est pesante pour eux. C’est donc un autre registre de jeu pour François Civil. Après la guerre nucléaire, la déception amoureuse, la réalité parallèle, c’est à une autre problématique qu’il doit s’attaquer : la dépression. Avec tout ce qui va avec : la thérapie, les insomnies, les crises de larmes… Ce personnage offre plus de nuance et surtout plus de sensibilité. Il semble également plus accessible. Par contre, si vous voulez voir une histoire d’amour entre Ana Girardot et François Civil, c’est loupé car ce n’est pas le sujet du film. Il s‘agit du récit qui dépeint la reconstruction individuelle et intérieure. Encore une fois, François Civil campe un rôle sur la retenue mais qui ressent beaucoup de sentiments qui le submergent par moment, donnant lieu à des scènes d’explosion émotionnelle toujours maîtrisées et jamais dans le sur-jeu. 


Si vous voulez retracer cette année 2019 qui a été dense cinématographiquement pour François Civil, vous pouvez commencer par le premier film sorti en février 2019 : Le Chant du loup. Sa diffusion inédite est prévue pour le jeudi 15 avril à 21h sur M6. 
Avec des personnages aux personnalités multiples, François Civil sait proposer des interprétations authentiques tout en reliefs indiscutables. Et ce n’est pas fini ! Le film BAC Nord de Cédric Jimenez qui devait sortir en fin d’année 2020, lui offre cette fois-ci un rôle plus inédit. Il y incarne un policier de la brigade de terrain déployée dans les quartiers nords de Marseille. Une nouvelle corde que François Civil pourra ajouter à son arc : celle de rôles plus dramatiques et extrêmes. Aussi, Pathé a annoncé au début de l’année, le casting de la prochaine adaptation de l’ouvrage d’Alexandre Dumas : Les Trois Mousquetaires. Deux longs métrages sont actuellement en préparation et on vous laisse deviner qui interprétera le rôle de d’Artagnan !

Déborah Mattana 


Le Chant du loup

Réalisé par Antonin Baudry
Avec François Civil, Omar Sy, Reda Kateb, Mathieu Kassovitz
2019
Pathé
Diffusé sur M6 le jeudi 15 avril / Disponible sur Amazon Prime (sous conditions)

Celle que vous croyez
Réalisé par Safy Nebbou
Avec François Civil et Juliette Binoche
2019
Diaphana Films
Disponible sur myCanal

Mon Inconnue
Réalisé par Hugo Gélin
Avec François Civil et Joséphine Japy
2019
Zazi Films
Disponible sur myCanal

Deux moi
Réalisé par Cédric Klapisch
Avec François Civil et Ana Girardot
2019
Ce qui me meut
Disponible sur myCanal

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Un avis sur « [TOP] Retour sur l’année Civil »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :