[CRITIQUE] – Mare of Easttown – S1

Temps de lecture : 3 min 30

Mare Sheehan est lieutenante de police dans sa ville natale, Easttown, en Pennsylvanie. Cela fait maintenant un an qu’elle enquête sur la disparition de Katie Bailey, sans résultat. La population gronde et accuse la police d’incompétence. C’est dans ce contexte tendu que le corps d’une jeune fille est découvert, visiblement abattu d’une balle en pleine tête. Mare est chargée de l’enquête et devra se plonger dans les secrets des habitants d’Easttown et tenter d’y démêler le vrai du faux. 

Mini-série américaine de 7 épisodes, créée par Brad Ingelsby, la série est disponible en France depuis le 19 avril 2021 sur OCS, et sur Canal +, et a surtout fait parler d’elle grâce à la présence de Kate Winslet au casting. En commençant à m’intéresser à cette série, j’ai noté que deux éléments clefs revenaient sans cesse dans les critiques : l’interprétation de Kate Winslet est incroyable et son accent américain bluffant pour une actrice anglaise. Spoiler : les deux sont vrais. 

La série propose un schéma narratif classique : un petit village plein de mystères, et des habitants qui vont entraver l’enquête malgré eux, en voulant cacher leurs petits secrets d’adultère ou de problèmes d’argent. Bref, une enquête de police classique, pleine de rebondissement et de suspens. Ce type de récit se retrouve en littérature,  avec notamment l’œuvre d’Agatha Christie, ou aussi au cinéma, avec le récent Knives Out (2019). En série, les deux exemples les plus connus sont Broadchurch (2013) ou encore le formidable Twin Peaks (1990) (qu’il faut absolument voir). À mon sens, ce qui fait le succès de ces histoires est l’ambiance construite autour de l’intrigue. Parce que finalement, même si le spectateur a envie de découvrir une intrigue qui se tient, c’est bien le chemin qui mène à la résolution finale qui va lui donner envie de voir la suite. Et ça, Brad Ingelsby l’a bien compris. 

Je ne vais donc pas détailler l’intrigue mais mettre l’accent sur le véritable sujet de la série, ses personnages. Ils sont tous, sans exception, mémorables. Et pourtant ils sont nombreux ! Rarement une série a offert une telle qualité d’écriture sur l’ensemble de ses personnages, en aussi peu d’épisodes. Ils ont tous et toutes une personnalité clairement définie et surtout, ils évoluent au fil de l’histoire. Un véritable tour de force. 

La première protagoniste que l’on découvre est la lieutenante de police Mare, une femme d’une quarantaine d’année, écorchée par la vie. Elle a vécu beaucoup de drames familiaux et son quotidien au travail est fait de délits et parfois de crimes plus sanglants. Elle apparaît souvent dure, le visage fermé, la tête pleine d’angoisses et de souvenirs difficiles qu’elle refuse d’affronter. C’est un personnage complexe, loin du cliché du représentant de la justice prêt à pourfendre le crime avec son armure saillante. Elle affronte tous les jours la misère sociale, et doit, en plus, faire face à la colère de ses voisins qui l’accusent de ne pas avoir encore sauvé Katie. Elle est obsédée par son métier, et s’y implique corps et âme. Elle prend parfois de mauvaises décisions et peut être injustement agressive avec son entourage. Bref, elle est profondément humaine, et fait de son mieux pour aider sa communauté.

Mais Mare est loin d’être le seul élément dont on se rappelle à la fin de la série. Les nombreux personnages secondaires bénéficient aussi d’une grande qualité d’écriture. Chacun va grandir au fil des épisodes et sortir de ces sept heures de récit fondamentalement différent. Les premiers épisodes offrent une vision très sombre de Easttown : petite ville industrielle assez pauvre, il y fait tout le temps gris, à la fois dans le ciel et dans les yeux de ses habitants qui tentent de sortir de cette grisaille à grand renforts de bière et autres substances moins légales. Au premier abord, difficile de trouver de la joie dans ce paysage. Pourtant, à tel moment une fête de fiançailles va s’organiser, à un autre deux vieilles amies vont se retrouver, et à un autre des anciens et nouveaux couples vont illuminer l’écran de leur bonheur. Et l’on comprend que finalement, les petites joies et les drames de Easttown sont les mêmes que dans le reste du monde, et que se dessine sous nos yeux un quotidien assez banal. Le meurtre en moins peut-être. 

La série porte un regard très positif sur l’humanité, ce qui est étonnant, vu qu’on y parle de meurtres, d’enlèvements et autres thèmes sordides. C’est cette dualité qui fait sa richesse, et je ne peux que vous conseiller de vous y plonger

Angie Lauprêtre

Mare Of Easttown, Saison 1
Créé Brad Ingelsby
Avec Kate Winslet, Evan Peters
Policier, États-Unis, 7 épisodes
Disponible en intégralité sur OCS

.

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :