[CRITIQUE] Goliath

Temps de lecture : 3 minutes.

Trois personnages qui ne se connaissent pas vont bientôt voir leur destin se lier après la disparition tragique d’une jeune agricultrice emportée par la maladie causée par l’utilisation d’un pesticide : la tétrazine. France, professeure engagée, Patrick, avocat mineur spécialisé dans le droit environnemental et Mathias, jeune lobbyiste dans l’agrochimie, s’engagent dans un combat déséquilibré en termes de moyens, qui n’est pas sans rappeler le duel David contre Goliath. 

Ce thriller écolo-psychologique est réalisé par Frédéric Tellier. Adepte des films sombres et percutants (L’Affaire SK1, 2014 ; Sauver ou périr, 2018), son dernier film, Goliath, ne fait pas exception. Que ce soit dans son écriture ou dans sa réalisation, ce long métrage est efficace et épuré, et ancre le spectateur dans une atmosphère lourdement inquiétante. 

Le sujet y fait beaucoup : l’emphase du récit est portée sur un combat d’actualité, le thème est traité sans fioritures, rendant le propos presque cru. On se retrouve face à des mises en scène empreintes de réalisme mais véhiculant des émotions implacables. Par exemple, lors des scènes en extérieur nuit aucune lumière artificielle n’est ajoutée, nous sommes dans l’obscurité comme les personnages. 

Ces personnages, qui sont-ils ? Les principaux, au nombre de trois, sont radicalement opposés et pourtant tous liés. Chacun porte son propre combat dans ce champ de bataille. France se bat pour que la maladie de son conjoint soit reconnue comme un empoisonnement dû à l’utilisation de pesticides nocifs ; Patrick, avocat au syndrome du sauveur, se bat pour que les décès de ses clientes éveillent les consciences (néanmoins, il le fait également pour apaiser sa propose conscience qui a été ébranlée) ; quant à Mathias, il se bat pour les intérêts de sa firme qui défend les laboratoires pharmaceutiques. Nous suivons donc, presque à tour de rôle, ces trois protagonistes s’engager dans une guerre à armes inégales. C’est là que le scénario devient intéressant. France, jouée par Emmanuelle Bercot (Mon Roi, 2015 ; Fête de famille, 2019), Patrick (Gilles Lellouche) et Mathias, interprété par Pierre Niney (Yves Saint Laurent, 2014 ; Amants, 2021), n’ont pratiquement aucune scène en commun. 

Il s’agit d’un face à face mais sans se voir, comme si l’ennemi était invisible. Le scénario, bien ficelé, montre que chaque action a une conséquence sur la vie des autres. Le message porté par le film est fort :  nous sommes tous liés, nous habitons la même planète et nos choix ont des répercussions sur la vie de nos concitoyen.ne.s. Quand bien même un carton stipule que « toute ressemblance est évidemment fortuite et absolument pas involontaire », le film résonne avec une authenticité et une réalité tristement actuelle. 

Un autre aspect bien pensé est le choix des acteurs – ou plutôt l’attribution des rôles. Dans le scénario original, tous les rôles étaient inversés : Emmanuelle Bercot devait jouer l’avocate, Pierre Niney devait être l’activiste écologiste et Gilles Lellouche, le lobbyiste. Le film aurait été beaucoup moins intéressant.. On aurait d’ailleurs pu s’attendre à ce que Pierre Niney campe le rôle d’un jeune avocat engagé qui a encore foi en l’humanité et que Gilles Lellouche ait le rôle du « méchant » lobbyiste expérimenté et apathique, mais c’est l’inverse. Ce choix est malin car il casse les codes et bouscule un peu le public dans ses attentes. Du reste, les deux acteurs sont très bons dans leurs rôles respectifs, surtout Gilles Lellouche qui communique une détresse touchante quoiqu’un peu naïve. À l’inverse, Emmanuelle Bercot représente une force, presque physique, ancrée dans la réalité et prête à tout pour s’en sortir. En résumé, chaque personnage diverge dans leurs tempéraments mais leur lien va au-delà de leurs personnalités. 

Pour conclure, Goliath est un film efficace, informatif et bien pensé. Bien qu’un peu long et parfois frustrant à cause du système « un pas en avant, trois pas en arrière » (malheureusement réaliste), il questionne sur l’avenir de notre planète et plus important encore, sur les actions douteuses de nos puissances gouvernantes. Porté par des personnages à la fois complexes et si familiers, ce long métrage saura dérouter le spectateur dans ses certitudes.

Déborah Mattana

Goliath
Réalisé par Frédéric Tellier
Avec Gilles Lellouche, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot
Drame, France, 2h02, StudioCanal
En salles le 09 mars 2022

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :