[FESTIVAL DE CANNES 2022] Bilan – Mardi 24 mai

Temps de lecture : 5 minutes

Du 17 au 28 mai 2022 se tient la 75e édition du Festival de Cannes. 

Créé en 1939, avec une première édition en 1946, le Festival de Cannes est, avec la Berlinale et la Mostra de Venise, l’un des festivals internationaux les plus importants du cinéma. Chaque année, il se tient sur la Croisette, au bord de la plage, dans la ville de Cannes. Plusieurs sélections viennent compléter la Sélection Officielle (Compétition, Hors Compétition, Un Certain Regard, Cannes Classic, Cannes Première et pour la première fois une sélection de six œuvres autours de l’environnement). Ces programmations parallèles (Quinzaine des Réalisateurs, Semaine de la Critique, ACID), dont chacun a ses particularités, montrent des longs et courts-métrages originaux et novateurs.
Le festival revient cette année en mai, après une édition sous le soleil de juillet en 2021. Il y aura des stars, des découvertes, de la plage et des films. Retrouvez-nous tous les jours du dimanche 22 au samedi 28 mai pour suivre nos aventures cannoises.

Mardi 24 mai au Festival de Cannes

Grosse journée à Cannes encore, avec quatre films qui m’ont tous plus ou moins laissé sur ma faim. Tandis que le nouveau film de Park Chan-Wook, Decision to leave est trop long avec des protagonistes peu captivant.e.s. De quoi faire regretter de s’être levée pour la séance de 8 h 30. Pas le temps de trainer, direction la salle Miramar, antre de La Semaine de la Critique, pour découvrir le premier film du colombien Andrés Ramirez Pulido La Jaurìa, puis à la Quinzaine des Réalisateurs pour le premier film du colombien – oui oui je ne me suis pas trompée j’ai voyagé en Colombie – Fabián Hernández, Un Varòn. Et enfin montée des marches pour l’anniversaire de la 75e édition en présence des nombreux.se.s stars du cinéma : Diego Luna, Isabelle Huppert, Viggo Mortensen, Madds Mikkelsen, Julia Durcounau, Léa Seydoux, Guillermo Del Toro, Charlène Favier, Kristen Stewart… Impossible de les citer tou.te.s! Iels sont monté.e.s sur scène pour prendre une photo riche en émotion. Le tout présenté par Thierry Frémaux, le Délégué général et Pierre Lescure, le Président du festival. Ensuite nous avons pu voir la comédie dramatique de Louis Garrel — qui n’avait aucune pression de présenter son film devant un tel parterre — L’Innocent. J’avance que l’une des raisons du choix de ce long-métrage est qu’il a été tourné à Lyon, ville natale et chérie de Thierry Frémaux.

Les films découverts explorent la masculinité et son rapport aux autres, aux corps et aux femmes. Les hommes dépeints dans les quatre longs-métrages doivent faire des choix pour être ceux qu’ils veulent. Dans Decision to leave, l’inspecteur se retrouve face à une femme qui le brise. Incapable de faire son travail dignement, il tombe amoureux d’une suspecte, tandis que Louis Garrel apprend à affronter ses sentiments et surtout laisser sa mère vivre pleinement les siens. 

Mais c’est réellement dans les deux films colombiens, La Jaurìa et Un Varòn, que la figure de l’homme est étudiée. Tous deux montrent des jeunes gens en perte de repère qui doivent lutter contre les éléments autour d’eux. Dans La Jaurìa, Eliú est enfermé dans un centre pour mineur en plein milieu de la forêt tropicale après avoir commis un meurtre. À travers un travail physique et dur, mais aussi des sessions de méditation, il prend du recul et décide de ne plus succomber à la violence. Taciturne, sombre et profondément triste, ce jeune homme souhaitait au départ venger sa mère battue en tuant son père. Dans Un Varòn, Carlos est quant à lui confronté à la violence de la rue de Bogotá. Plus intéressé par sa coiffure et par revoir sa mère que gagner de l’argent ou être le plus fort, il va essayer de trouver son chemin en sortant indemne de cette violence systémique. 

L’InnocentLouis Garrel, 2022 – Sélection Officielle, Séance spéciale

Michel et Sylvie se sont rencontrés en prison et vont se marier. Lui en tant que détenu, elle en tant que professeur de théâtre. Abel, le fils de Sylvie, ne voit pas d’un bon œil cette union et va tout faire pour empêcher le couple d’être heureux. 

Linnocent

Louis Garrel retrouve pour la quatrième fois le personnage d’Abel. Si l’acteur et réalisateur français ne raconte pas l’histoire du même protagoniste, ses personnages ont en commun leur trait de caractère : effacé, grognon et un peu couard. C’est aussi un grand romantique qui aime de belles femmes. Dans L’Innocent, Abel — Louis Garrel —aime profondément sa mère et s’inquiète en permanence qui lui arrive malheureux. Pourtant Sylvie — Anouk Grinberg — est heureuse dans les bras de Michel, ancien détenu — Roschdy Zem. Malgré les demandes incessantes de la part de son amie Clémence — Noémie Merlant — pour la laisser tranquille, Abel décide de prendre en filature son nouveau beau père. Avec beaucoup d’humour et d’autodérision, Louis Garrel offre un film léger et agréable mettant en scène des situations cocasses et touchantes. Il crée avec une tendresse, un peu maladroite, ce quatuor bancal. 

Les femmes ont toutes leur importance dans l’histoire également. Elles sont maitresses de leur destin et brisent les conventions de genre. Dans une scène assez savoureuse, Clémence — et à travers cela le cinéaste — s’étonne qu’en 2022 qu’un homme puisse encore suivre une femme dans la rue. Clémence est d’ailleurs le personnage qui a la plus belle évolution dans le film, ainsi qu’Abel qui s’ouvre à son contact. Le récit pour autant ne s’aventure jamais dans une critique de la société et reste toujours correct. Il porte malgré tout un beau message de tolérance et d’amour. En partant d’un récit personnel — la mère de Louis Garrel s’est mariée avec un prisonnier rencontré alors qu’elle donnait des cours de théâtre — le cinéaste veut montrer que l’autre qu’on imagine dangereux peut justement nous amener à côtoyer un autre monde. L’ouverture d’esprit est le plus important, comme Abel face à Joseph dans La Croisade ou face à Eve dans L’Homme fidèle. L’Innocent est aussi une belle de leçon de filature, hautement cinématographique, mais peu efficace dans la réalité. Merci Abel

Marine Moutot

Decision to leave
Réalisé par Park Chan-Wook
Avec Tang Wei, Park Hae-il, Go Kyung-pyo
Drame, Policier, Corée du Sud, 2022, 2h18
Bac Films
29 juin 2022

L’Innocent
Réalisé par Louis Garrel
Avec Roschdy Zem, Louis Garrel, Anouk Grinberg, Noémie Merlant
Comédie dramatique, France, 2022, 1h39
Ad Vitam
12 octobre 2022

La Jaurìa (La Meute)
Réalisé par Andrés Ramirez Pulido
Avec Jhojan Stiven Jiménez Arboleda, Maicol Andrés Jimenez Zarabanda, Marleyda Soto Ríos
Thriller, Colombie, France, 2022, 1h26
Pyramide Distribution
5 avril 2023

Un Varón (A Male)
Réalisé par Fabián Hernández
Avec Felipe Ramirez
Drame, Colombie, 2022, 1h22
Destiny Films
Prochainement

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :