[CRITIQUE] L’Affaire Collective

Suite à l’incendie du Colectiv Club en 2015, une discothèque de Bucarest, des personnes meurent à l’hôpital de blessures qui ne mettaient pas leur vie en danger. Le documentaire suit l’équipe d’investigation du journal de la Gazette des Sports puis le nouveau gouvernement mis en place temporairement avant les élections.

Le film a été nommé dans la catégorie Meilleur film étranger aux Oscars.

Une critique de Marine Moutot.

[CRITIQUE] His House

Rial et Bol fuient la guerre civile au Soudan. Lors de la traversée de la Méditerranée, leur fille, Nyagak, est emportée par les flots, ainsi qu’une grande partie des passagers. Rial et Bol arrivent à Londres où les autorités consentent à les placer dans une petite maison passablement défraîchie. Très mal accueillis, ils sont déterminés à faire bonne figure pour ne pas être expulsés et renvoyés au Soudan. Il est cependant difficile de prétendre que tout va bien quand des sorciers et apparitions de l’au-delà commencent à se manifester chez eux… 

Une critique d’Angie Lauprêtre.

[CRITIQUE] Josep

1939. Dans le froid de février, des milliers de personnes fuient la dictature franquiste. Arrivés en France, les Républicains se trouvent parqués dans des camps sans nourriture ni bâtiments. Dans des conditions épouvantables, Josep Bartolí, dessinateur, fait la connaissance d’un gendarme avec qui il se lie d’amitié.

Une critique de Marine Moutot.

[CRITIQUE] Vanille

Adolescente parisienne au caractère bien trempé, Vanille apprend qu’elle doit passer l’été chez sa Tatie en Guadeloupe. Et voilà, tout son programme estival tombe à l’eau sur simple décision de son père. Pff, quel rabat-joie ! Bien que mouvementée, l’arrivée sur l’île va rapidement lui faire découvrir un vaste complot qui se révèle bien plus magique qu’elle ne le pensait.

Une critique de Manon Koken.

[CRITIQUE] Maman pleut des cordes

Jeanne, 8 ans, se sent bien seule. Son père, musicien, n’a jamais le temps pour elle, toujours accaparé par ses concerts et tournées. Et surtout, sa mère, chez qui elle vit, n’a décidément pas la frite depuis que son restaurant a fermé. Avec tout ça, personne ne fait jamais attention à elle. Envoyée en vacances chez sa grand-mère, Mémé Oignon, elle n’est pas au bout de ses surprises. Les choses pourraient enfin finir par bouger !

Une critique de Manon Koken.

[CRITIQUE] The Nightingale

1825. Australie. Clare, forçat irlandaise, tente d’avoir ses papiers qui lui rendront sa liberté et le droit de vivre avec son mari et sa petite fille. Mais le lieutenant qui la possède ne souhaite pas la voir partir. Un jour, son mari intervient et est tué par l’officier qui la laisse pour morte. Elle décide de partir à sa poursuite pour se venger.

Une critique de Marine Moutot et Clémence Letort-Lipszyc.

[FILMS DE FEMMES] Lina de Lima

Comme beaucoup de péruviens, Lina est partie travailler au Chili pour offrir un avenir meilleur à sa famille et surtout à son fils de 15 ans, Junior. Loin des yeux mais jamais loin du cœur, Lina se démène pour trouver des cadeaux à ses proches quelques jours avant les fêtes de Noël.

Lina de Lima est disponible jusqu’à ce soir.

Une critique de Clémence Letort-Lipszyc.

[FILMS DE FEMMES] Zana

Lume tente d’avoir un enfant avec son mari, Ilir. Sa belle-mère la menace de remarier son fils pour qu’elle aille voir un guérisseur. Mais si le corps peut procréer, Lume a-t-elle encore envie d’avoir un enfant ?

Présenté en compétition officielle du Festival International de Films de Femmes de Créteil, Zana est disponible jusqu’à samedi.

Une critique de Marine Moutot

[FILMS DE FEMMES] Nos enfants

Tânia est mariée à Vanessa. Elles essayent depuis quelque temps d’avoir un enfant ensemble. Vera, la mère de Tânia, ne voit pas cette relation d’un très bon œil et la nouvelle de ce désir d’enfant la renvoie à sa propre expérience : sa vie en prison alors qu’elle était enceinte.

Présenté en avant-première au festival international de Films de Femmes de Créteil, Nos enfants est disponible jusqu’à samedi.

Une critique de Marine Moutot.