[CRITIQUE] Cherry

Entre 2002 à 2007, nous suivons le jeune Nico Walker : de sa rencontre avec la belle Emily, à son entrée dans l’armée et à son addiction. En devenant aide-soignant militaire, il est témoin de scènes choquantes. De retour de la guerre en Irak, atteint de stress post-traumatique, il plonge dans la drogue et braque des banques pour financer sa dépendance aux opiacés.

Une critique de Déborah Mattana et Marine Moutot

[QUEERSCREEN] Re-naissances, le voyage de l’âme

En cette année 2021, la plateforme de VOD illimitée spécialisée dans le cinéma LGBT+ et le site web gay Jock.life organisent la première édition du QueerScreen festival, entièrement en ligne. Il se tient du 12 au 21 mars avec une à deux séances par jour. L’occasion pour nous de découvrir fictions, documentaires et courts-métrages souvent encore inédits en France.

Iels s’appellent Giovanna, Roman, Cate et Yi Chen. Tous les quatre sont militants LGBT+. Tous les quatre ont été migrants. Aujourd’hui, ils vivent à Paris et racontent leur parcours face caméra.

Une critique de Manon Koken.

[QUEERSCREEN] La Déesse de l’asphalte

En cette année 2021, la plateforme de VOD illimitée spécialisée dans le cinéma LGBT+ et le site web gay Jock.life organisent la première édition du QueerScreen festival, entièrement en ligne. Il se tient du 12 au 21 mars avec une à deux séances par jour. L’occasion pour nous de découvrir fictions, documentaires et courts-métrages souvent encore inédits en France.

Après dix ans d’absence, Max, chanteuse d’un groupe de rock, revient dans son quartier natale le temps d’un concert. Ses retrouvailles avec sa bande meurtrie ravive des blessures du passé.

Une critique de Clémence Letort-Lipszyc.

[QUEERSCREEN] Des Secrets dans le placard

En cette année 2021, la plateforme de VOD illimitée spécialisée dans le cinéma LGBT+ et le site web gay Jock.life organisent la première édition du QueerScreen festival, entièrement en ligne. Il se tient du 12 au 21 mars avec une à deux séances par jour. L’occasion pour nous de découvrir fictions, documentaires et courts-métrages souvent encore inédits en France.

Étudiant en architecture à Buenos Aires, Manuel retrouve sa famille pour la première fois depuis qu’il a fait son coming out.

Une critique de Johanna Benoist.

[QUEERSCREEN] Le Temps des luttes

En cette année 2021, la plateforme de VOD illimitée spécialisée dans le cinéma LGBT+ et le site web gay Jock.life organisent la première édition du QueerScreen festival, entièrement en ligne. Il se tient du 12 au 21 mars avec une à deux séances par jour. L’occasion pour nous de découvrir fictions, documentaires et courts-métrages souvent encore inédits en France.

Mario Mieli est l’un des fondateurs du mouvement LGBT italien. Artiste et fin lettré, révolutionnaire et communiste, il est devenue une des grandes icônes queer. Plongée dans l’Italie des années 70 à la découverte de sa vie.

Une critique de Manon Koken.

[CRITIQUE] One Night in Miami

Miami, 25 février 1964. Quatre icônes afro-américaines et amis se retrouvent pour une nuit dans un hôtel : Jim Brown, footballeur américain devenu acteur, Sam Cooke, chanteur-compositeur et l’un des artistes noirs les plus célèbre à l’époque, Mohamed Ali, athlète de renom, et Malcolm X, membre du groupe religieux The Nation of Islam et activiste militant. Ils célèbrent la victoire de Mohamed Ali, alors Cassius Clay, qui vient d’être sacré champion du monde de boxe à 22 ans. Ils vont notamment échanger sur leur vision de la société américaine, alors divisée par la ségrégation.

Une critique d’Angie Lauprêtre.

[CRITIQUE] Un pays qui se tient sage

Entre 2018 et 2020, les Gilets Jaunes manifestent leur désaccord et leur mécontentement. La violence des manifestations est médiatisée : les images et les accusations de violences policières se multiplient en même temps que les blessures. Le Président Emmanuel Macron les récuse.

Une critique de Johanna Benoist

[CRITIQUE] Garçon chiffon

Jérémie va mal : son couple est fini à cause de ses crises de jalousie et sa carrière peine à décoller. Il décide alors de rentrer chez lui, dans le Limousin, voir sa mère.

Une critique de Clémence Letort-Lipszyc et Marine Moutot

[CRITIQUE] Antoinette dans les Cévennes

Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces !

Une critique de Déborah Mattana.