[CRITIQUE] Babysitter

Lors d’une soirée arrosée, Cédric, ingénieur, embrasse une présentatrice télé en direct. Suspendu, il remet en cause son rapport aux femmes. Sa femme, Nadine, fait de son côté une dépression post-partum. L’arrivée d’une jeune babysitteuse change leur vie, radicalement.

Le film est sorti au cinéma le 27 avril 2022.

Une critique de Marine Moutot.

[CRITIQUE] Le Monde après nous

Labidi est en train d’écrire un roman. Pour gagner sa vie, il travaille comme livreur et vit en colocation dans un 9m2 à Paris. Un jour, il fait la connaissance d’Élisa et tombe amoureux. Déjà en difficulté financière, c’est pour lui le début des galères et d’une remise en question.

Le film est sorti au cinéma le 20 avril 2022.

Une critique de Marine Moutot.

[DÉFI] Un bon film dans lequel quelqu’un pousse un cri ridicule

Le cinéma regorge de cris ridicules. Mais qu’est-ce qu’un cri ridicule ? Trop aigu ? Trop grave ? Jamais fini ? Étouffé ? Une chose est sûre, il doit provoquer un décalage, que ce soit pour faire de l’humour ou créer le malaise. 
Dans ce défi, nous étudions des extraits de Banzaï, de Claude Zidi (1983), Blow Out, de Brian De Palma (1981) et Le Cinquième élément, de Luc Besson (1997).
Un défi par Johanna Benoist et Laura Claveau.

[CRITIQUE] Retour à Reims (Fragments)

À la mort de son père, trente ans après avoir rompu avec ses origines, Didier Eribon revient à Reims. C’est le temps d’un retour sur le passé des classes populaires françaises, mais également d’une mise en lumière de leur impact sur notre société.

Une critique de Manon Koken.

[CRITIQUE] Aristocrats

Hanako vient d’être quittée par son fiancé. Alors qu’elle va bientôt avoir la trentaine, sa famille, traditionnelle, souhaite lui organiser des rencontres arrangées avec des bons partis. Elle accepte. Un jour, elle fait la connaissance de Koichiro, un riche héritier et croit avoir trouvé l’homme parfait. Juste avant leur mariage, Hanako découvre que son fiancé entretient une relation avec Miki, une jeune femme venue de la campagne.

Le film est sorti au cinéma le 30 mars 2022.

Une critique de Marine Moutot.

[TOP] 10 bonnes raisons de regarder Nosferatu le vampire de Friedrich Wilhelm Murnau

En 1838, le clerc de notaire Hulter est envoyé en Transylvanie chez le comte Orlock, le vampire Nosferatu. Celui-ci sème la terreur et la peste dans un village voisin, avant de tenter de séduire Ellen, la fiancée de son invité. Mais la lumière de l’aube lui sera fatale.

Il y a 100 ans, Nosferatu le vampire débarquait sur les écrans. Film d’horreur avant-gardiste et ponctué de traits expressionnistes, il reste encore aujourd’hui l’un des plus grands classiques du cinéma muet.

Pour fêter l’anniversaire de ce film, Arte vous propose de le découvrir (ou de le re-découvrir) jusqu’au 01 juin et nous vous donner 10 bonnes raisons de regarder ce chef-d’œuvre de Friedrich Wilhelm Murnau.

Un top de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Petite Nature

Johnny a 10 ans. Alors que sa mère quitte son compagnon, un nouveau professeur arrive à Forbach. Brusque et stimulant, Monsieur Adamski va toucher le jeune Johnny qui se découvre une soif d’apprendre. À travers le regard encourageant de son maître d’école, il va commencer à s’assumer et à réfléchir à son avenir.

Le film est sorti au cinéma le 9 mars 2022.

Une critique de Marine Moutot.

[CRITIQUE] Goliath

Trois personnages qui ne se connaissent pas vont bientôt voir leur destin se lier après la disparition tragique d’une jeune agricultrice emportée par la maladie causée par l’utilisation d’un pesticide : la tétrazine. France, professeure engagée, Patrick, avocat mineur spécialisé dans le droit environnemental et Mathias, jeune lobbyiste dans l’agrochimie, s’engagent dans un combat déséquilibré en termes de moyens, qui n’est pas sans rappeler le duel David contre Goliath. 

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] Rien à foutre

Cassandre est hôtesse de l’air dans une compagnie low-cost. Entre les vols, les retours à sa base en Espagne et les soirées endiablées, ces jours et nuits passent et se ressemblent. Pourtant, derrière les paillettes Instagram et les rêves de voyage, la jeune femme doit faire face à son passé qu’elle tente de laisser derrière elle.

Le film est sorti au cinéma le 2 mars 2022.

Une critique de Marine Moutot.