[CRITIQUE] Sans aucun remords de Tom Clancy

Un Marine des forces spéciales du nom de John Kelly découvre une conspiration internationale alors qu’il cherche à venger l’assassinat de sa femme, enceinte, par des soldats russes. Il va poursuivre ces meurtriers coûte que coûte, avec l’aide d’une consœur et d’un mystérieux agent de l’ombre de la CIA, Robert Ritter. Cette mission très sensible menace d’entraîner les États-Unis et la Russie dans une terrible guerre. John Kelly devra révéler des secrets bien enfouis tout en évitant une catastrophe.

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] Love and Monsters

La destruction d’une météorite avec des missiles atomiques a eu pour effet secondaire de transformer la faune du monde terrestre en un environnement peuplé de monstres, menant à l’effondrement de la civilisation humaine.

Le film a été nommé dans la catégorie Meilleurs effets visuels aux Oscars.

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] Hippocrate – Saison 2

Une vague de froid s’est abattue sur la France, les hôpitaux sont submergés. Une canalisation a sauté, inondant les Urgences de l’hôpital Poincaré. Les soignants et les malades doivent se replier en médecine interne. Alyson et Hugo poursuivent leur stage dans le service. Chloé fait tout pour revenir pratiquer malgré une santé fragile. Aucun des trois n’a de nouvelles d’Arben, disparu sans laisser un mot. Ils vont devoir affronter un hôpital en crise, sous l’autorité du docteur Olivier Brun, le nouveau chef du service des urgences. 

Retour sur la saison 2 d’Hippocrate par Camille Dubois.

[CRITIQUE] Madame Claude

Paris, fin des années 60. Madame Claude tient un réseau de prostitution qui lui permet d’entretenir des connexions privilégiées auprès des élites politiques du pays. Sans le savoir pourtant, la fin de son empire approche.

Une critique de Marine Pallec.

[CRITIQUE] Zack Snyder’s Justice League

Après la version cinéma de Joss Whedon sortie en 2017 et largement décriée, Zack Snyder sort enfin son Justice League : un projet ressuscité pour le meilleur et pour le pire.

[CRITIQUE] Rebecca

Cornouaille, fin des années 30. Une jeune mariée vient s’installer à Manderley, la maison familiale de son riche époux, Maxime de Winter. Elle ne tarde pas à découvrir que la demeure semble encore hantée par le souvenir omniprésent de la première femme de Maxime, Rebecca, décédée dans des circonstances mystérieuses.

Une critique de Marine Pallec.

[CRITIQUE] Yalda, la nuit du pardon

Temps de lecture : 2 min De nos jours, en Iran. Suite à la mort accidentelle de son mari, Maryam est condamnée à mort. Sa seule chance ? Convaincre Mona, la fille du défunt, de lui pardonner lors d’une émission diffusée en direct devant des millions de spectateurs. Pour son second film le cinéaste MassoudLire la suite « [CRITIQUE] Yalda, la nuit du pardon »

[CRITIQUE] Le Diable, tout le temps

Dans le sud rural de l’Amérique, les destins tourmentés de plusieurs personnages s’entrecroisent. Parmi eux : un couple de serial killers, un faux pasteur, un vétéran de la guerre du Pacifique et sa femme malade. Au centre de tout un orphelin, Arvin Russell, tente de faire son chemin, tiraillé entre le bien et le mal.

[CRITIQUE] Je veux juste en finir

Par une froide journée d’hiver, une jeune femme prend la route avec son petit ami pour aller rencontrer ses beaux-parents et apprendre plus sur lui qu’elle ne l’espère.

Le nouveau long-métrage de Charlie Kaufman n’est pas passé par les salles obscures avant d’atterrir sur Netflix. Un choix paradoxal, aussi surréaliste et sensé que le film lui-même.

[CRITIQUE] Outrage

Ann Walton est une jeune femme insouciante, heureuse dans son emploi et fiancée à un homme qu’elle aime. Un soir en rentrant du travail, elle est violée. Sa vie bascule. Elle doit fuir pour apprendre à vivre sans le regard cruel, curieux ou compatissant des autres.

Film sorti en 1950, Outrage ressort en salles. À découvrir de toute urgence.