[CRITIQUE] Les Sorcières de l’Orient

Les joueuses japonaises de volley-ball, surnommées les “Sorcières de l’Orient”, sont aujourd’hui septuagénaires. Depuis la formation de l’équipe à l’usine de textile japonaise jusqu’à leur victoire aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, souvenirs et légendes remontent à la surface et se mélangent inextricablement.

Une critique de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Black Widow

Natasha Romanoff, alias Black Widow, voit resurgir la part la plus sombre de son passé pour faire face à une redoutable conspiration liée à sa vie d’autrefois. Poursuivie par une force qui ne reculera devant rien pour l’abattre, Natasha doit renouer avec ses activités d’espionne et avec des liens qui furent brisés, bien avant qu’elle ne rejoigne les Avengers.

Une critique de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Annette

Los Angeles, de nos jours. Henry (Adam Driver) est un comédien de stand-up à l’humour féroce et Ann (Marion Cotillard) une cantatrice de renommée internationale. Ensemble, sous le feu des projecteurs, ils forment un couple épanoui et glamour. La naissance de leur premier enfant, Annette, une fillette mystérieuse au destin exceptionnel, va bouleverser leur vie.

Une critique de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Oxygène

Une jeune femme se réveille seule dans une capsule cryogénique. Elle a perdu la mémoire et ne sait pas comment elle a pu finir enfermée dans un coffre de la taille d’un cercueil. Alors que l’oxygène commence à manquer, il va lui falloir recouvrer la mémoire pour sortir de ce cauchemar.

Une critique de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Michel-Ange

Italie. 16ème siècle. L’artiste Michel-Ange peine à terminer son travail dans la Chapelle Sixtine alors même qu’on lui demande de sculpter le tombeau du pape Jules II. Au même moment, le pays est bouleversé par des changements politiques et Michel-Ange se retrouve déchiré entre deux familles nobles et puissantes qui se disputent sa loyauté : les Médicis et les Della Rovere.

Une critique de Camille Dubois.

[CRITIQUE] Sans aucun remords de Tom Clancy

Un Marine des forces spéciales du nom de John Kelly découvre une conspiration internationale alors qu’il cherche à venger l’assassinat de sa femme, enceinte, par des soldats russes. Il va poursuivre ces meurtriers coûte que coûte, avec l’aide d’une consœur et d’un mystérieux agent de l’ombre de la CIA, Robert Ritter. Cette mission très sensible menace d’entraîner les États-Unis et la Russie dans une terrible guerre. John Kelly devra révéler des secrets bien enfouis tout en évitant une catastrophe.

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] Love and Monsters

La destruction d’une météorite avec des missiles atomiques a eu pour effet secondaire de transformer la faune du monde terrestre en un environnement peuplé de monstres, menant à l’effondrement de la civilisation humaine.

Le film a été nommé dans la catégorie Meilleurs effets visuels aux Oscars.

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] Hippocrate – Saison 2

Une vague de froid s’est abattue sur la France, les hôpitaux sont submergés. Une canalisation a sauté, inondant les Urgences de l’hôpital Poincaré. Les soignants et les malades doivent se replier en médecine interne. Alyson et Hugo poursuivent leur stage dans le service. Chloé fait tout pour revenir pratiquer malgré une santé fragile. Aucun des trois n’a de nouvelles d’Arben, disparu sans laisser un mot. Ils vont devoir affronter un hôpital en crise, sous l’autorité du docteur Olivier Brun, le nouveau chef du service des urgences. 

Retour sur la saison 2 d’Hippocrate par Camille Dubois.

[CRITIQUE] Madame Claude

Paris, fin des années 60. Madame Claude tient un réseau de prostitution qui lui permet d’entretenir des connexions privilégiées auprès des élites politiques du pays. Sans le savoir pourtant, la fin de son empire approche.

Une critique de Marine Pallec.

[CRITIQUE] Zack Snyder’s Justice League

Après la version cinéma de Joss Whedon sortie en 2017 et largement décriée, Zack Snyder sort enfin son Justice League : un projet ressuscité pour le meilleur et pour le pire.