[CRITIQUE] Babylon

Los Angeles dans les années 1920. Hollywood, l’usine à rêves est aussi un territoire de décadence qui ne tardera pas à être bousculé par l’évolution de la société et des techniques cinématographiques. Jack, Nellie et Manny naviguent dans ce monde difficile et illusoire. 

Une critique de Camille Dubois.