[CRITIQUE] Le Diable, tout le temps

Dans le sud rural de l’Amérique, les destins tourmentés de plusieurs personnages s’entrecroisent. Parmi eux : un couple de serial killers, un faux pasteur, un vétéran de la guerre du Pacifique et sa femme malade. Au centre de tout un orphelin, Arvin Russell, tente de faire son chemin, tiraillé entre le bien et le mal.