Le Festival Européen du Film Court de Brest 2020

Le Festival Européen du Court-Métrage de Brest fêtait ses 35 ans cette année et cela promettait d’être une sacrée édition ! Alors que nous avions prévu de couvrir le festival à “Brest même”, nous réjouissant de retrouver l’ambiance de l’année précédente, nous avons pu, malgré ce second confinement, profiter de la sélection de l’équipe du festival. Avec rapidité et efficacité, ils ont su nous proposer du 10 au 15 novembre une sélection de qualité, en ligne : 39 programmes, près de 200 films, 50 heures de cinéma !

Un dossier par Manon Koken et Marine Moutot.

[TOP] 5 séries « doudous » pour le confinement Saison 2

En ces jours d’automne un peu déprimants, le confinement a sonné la fin des vacances (avant même qu’elles n’arrivent à leur terme). Face à l’absence de perspectives claires sur les semaines à venir, le besoin de séries rassurantes se fait sentir. Objet transitionnel, le “doudou” nous est apparu comme une évidence. Loin de nous l’idée de vous enjoindre à retrouver votre peluche élimée dans les méandres de vos draps ou au fond d’un coffre au grenier mais plutôt de vous raccrocher à ces séries qui, quelque soit l’humeur du jour, le temps dehors, les difficultés du quotidien, vous font sourire à leur seule mention et vous donnent envie de vous installer bien confortablement dans votre canapé ou de vous rouler dans votre couette pour faire une pause bien méritée.

Un top de Johanna Benoist, Manon Koken, Marine Moutot et Marine Pallec.

[UN BON FILM AVEC… ] Un bon film avec un regard-caméra

Le regard-caméra est partout, que ce soit dans les séries ou au cinéma et mène à bien des interprétations. Il surprend, il crée la connivence, il est toujours un révélateur, preuve de la naissance d’une réflexion. Pour vous, nous avons analysé deux longs-métrages que tout oppose ou presque : Une femme est une femme de Jean-Luc Godard et Fight Club de David Fincher.

Un dossier de Lucie Dachary et Marine Moutot, avec la participation de Manon Koken.

[CRITIQUE] Le Jeu de la Dame

Beth Harmon, orpheline dès l’âge de huit ans, intègre un orphelinat catholique pour jeunes filles où elle devient rapidement dépendante aux tranquillisants. Un jour, alors qu’elle se rend au sous-sol, elle découvre les échecs. Monsieur Shaibel, le concierge de l’orphelinat, va lui apprendre à jouer. C’est tout un univers qui s’ouvre à elle. Elle se donne alors les moyens pour devenir la meilleure joueuse d’échecs au monde.

Une critique de la nouvelle série Netflix par Manon Koken et Marine Moutot.

[LUMIERE 2020] Masterclass Albert Dupontel

Acteur, scénariste et réalisateur français, Albert Dupontel, n’a plus vraiment besoin d’être présenté. Son univers, qu’il a décliné en sept films, est inventif, drôle, caustique et toujours focalisé sur des personnages qui ne sont pas en adéquation avec la société.
Alors que son dernier film Adieu les cons (2020) était en avant-première au Festival Lumière, nous avons eu la chance d’écouter ce poète du cinéma pendant sa masterclass au Théâtre de la Comédie Odéon, animée par Thierry Frémaux. Les salles étant aujourd’hui toujours fermées, il nous paraissait important de vous partager cette conférence, très ancrée dans l’ère du temps. Voici tout ce que nous avons appris.

Un petit dossier de Manon Koken et Marine Moutot.

3 maisons gothiques pour Halloween

Le choix du gothique comme sujet de notre article d’Halloween s’est rapidement imposé à nous. Maisons hantées, labyrinthes enchantés, gentils fantômes, revenants assassins, monstres inquiétants, histoires d’amour ou de vengeance, il y en a pour tous les goûts.

Un top par Johanna Benoist, Manon Koken et Marine Moutot.

Retour sur la 12e édition du Festival Lumière

Cette nouvelle édition 2020 nous aura fait plaisir à bien des égards. L’ambiance fut une nouvelle fois chaleureuse et proche de son public. Chaque séance a été présentée avec passion et nous n’avons pas vu une seule salle à moitié vide, même en semaine — au contraire, à cause de la situation sanitaire, il était conseillé de réserver en avance ses places. Et la programmation fut encore tout à fait exceptionnelle.

[CRITIQUE] Petit Vampire

Le temps est long quand on a 10 ans depuis 300 ans… Petit Vampire s’ennuie beaucoup dans la grande maison qu’il hante avec ses parents et amis monstrueux. Lui, il voudrait voir le monde, ou au moins aller à l’école et avoir des amis. Avec l’aide de son fidèle Fantomate, il va braver les interdits et sortir ! Il rencontre alors Michel, lui aussi a 10 ans (juste depuis cette année). Mais leurs frasques vont attirer l’attention du grand méchant Gibbous.

[CRITIQUE] Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary

Temps de lecture : 3 minutes 1863. Sur les routes de l’Oregon, un convoi progresse vers l’Ouest. C’est là que vivent Martha Jane et sa famille. Blessé lors d’un accident, son père ne peut plus conduire la caravane, la jeune fille prend alors les choses en main pour la survie des siens. À mesure qu’elleLire la suite « [CRITIQUE] Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary »