[CRITIQUE] – Inside Job

Reagan est une inventrice de génie travaillant pour l’entreprise Cognito.Inc, une organisation américaine chargée de garder secrète la vérité sur les plus grandes théories de complot. Reagan dirige une équipe spécialisée dans le mensonge, la manipulation de masse et la destruction, et espère gravir rapidement les échelons. En parallèle, elle doit gérer une cohabitation difficile avec son père, également inventeur de génie et anciennement membre de l’entreprise Cognito.Inc, qu’il souhaite réintégrer à tout prix, même s’il doit manipuler sa propre fille. 

[CRITIQUE] Sermons de Minuit

Riley Flynn vient de passer quatre ans en prison après avoir tué une jeune fille dans un accident de la route, alors qu’il était fortement alcoolisé. Sans repères, il retourne vivre avec ses parents sur une petite île au large des États-Unis. Au même moment, un jeune prêtre s’installe sur l’île, et essaie d’apporter un souffle d’espoir à cette petite communauté qui dépérit. Mais ce jeune prêtre semble avoir apporté avec lui quelque chose de sombre et de dangereux. 

[CRITIQUE] – Inside

Confiné chez lui pendant de longs mois, l’humoriste Bo Burnham a décidé de mettre à profit ce temps pour transformer son appartement en une scène de spectacle. De cet enfermement résulte 1h30 de spectacle où Bo se met en scène seul, sans public, sans rire, et avec toute la magie dont il est capable.

[CRITIQUE] Love and Monsters

La destruction d’une météorite avec des missiles atomiques a eu pour effet secondaire de transformer la faune du monde terrestre en un environnement peuplé de monstres, menant à l’effondrement de la civilisation humaine.

Le film a été nommé dans la catégorie Meilleurs effets visuels aux Oscars.

Une critique de Déborah Mattana.

[CRITIQUE] His House

Rial et Bol fuient la guerre civile au Soudan. Lors de la traversée de la Méditerranée, leur fille, Nyagak, est emportée par les flots, ainsi qu’une grande partie des passagers. Rial et Bol arrivent à Londres où les autorités consentent à les placer dans une petite maison passablement défraîchie. Très mal accueillis, ils sont déterminés à faire bonne figure pour ne pas être expulsés et renvoyés au Soudan. Il est cependant difficile de prétendre que tout va bien quand des sorciers et apparitions de l’au-delà commencent à se manifester chez eux… 

Une critique d’Angie Lauprêtre.

[CRITIQUE] Madame Claude

Paris, fin des années 60. Madame Claude tient un réseau de prostitution qui lui permet d’entretenir des connexions privilégiées auprès des élites politiques du pays. Sans le savoir pourtant, la fin de son empire approche.

Une critique de Marine Pallec.

[CRITIQUE] Pieces of a woman

Martha va accoucher d’une petite fille. Avec son compagnon Sean, elle a décidé de faire naître son enfant à la maison. Sa sage-femme étant occupée, une autre femme vient l’aider. Alors que l’accouchement se complique, le bébé meurt. Martha et Sean vont prendre des chemins différents pour se reconstruire.

Une critique de Marine Moutot.

[CRITIQUE] The Crown – Saison 4

À l’aube des années 80, la Couronne fait face à une nouvelle série de défis politiques et personnels. Alors que le pays traverse une période de crise, Margaret Thatcher est nommée Première ministre tandis que Charles fait la rencontre de la jeune Diana Spencer. 

Une critique de Marine Pallec.

[CRITIQUE] Le Jeu de la Dame

Beth Harmon, orpheline dès l’âge de huit ans, intègre un orphelinat catholique pour jeunes filles où elle devient rapidement dépendante aux tranquillisants. Un jour, alors qu’elle se rend au sous-sol, elle découvre les échecs. Monsieur Shaibel, le concierge de l’orphelinat, va lui apprendre à jouer. C’est tout un univers qui s’ouvre à elle. Elle se donne alors les moyens pour devenir la meilleure joueuse d’échecs au monde.

Une critique de la nouvelle série Netflix par Manon Koken et Marine Moutot.