[CRITIQUE] Adieu les cons

Suze Trappet apprend qu’elle va mourir. Dans un dernier espoir, elle part à la recherche de son fils qu’elle a eu 30 ans plus tôt. De son côté, JB, brillant informaticien, doit être promu. Alors que le poste lui passe sous le nez, il décide de se suicider, mais blesse un collègue par accident. En fuite, Suze promet de l’aider s’il retrouve son fils. M. Blin, un archiviste aveugle se joint à la partie et tout déraille.

Une critique de Marine Moutot.