Orlando de Virginia Woolf par Sally Potter (1992)

Le long-métrage Vita & Virginia (Vita and Virginia, 2018), sorti au début du mois de juillet, raconte la rencontre entre Virginia Woolf et Vita Sackville-West. Cette rencontre est à l’origine du personnage Orlando de l’œuvre éponyme sortie en 1928. Une belle occasion de vous parler de l’adaptation du célèbre roman par Sally Potter en 1992.

Orlando a profondément marqué l’histoire de la littérature anglaise et mondiale. Il raconte l’histoire d’un jeune noble, qui à travers les siècles a d’abord été un homme, puis une femme. Le livre est une longue réflexion sur la vie et condition des femmes. Du XVIe au XXe siècle, Orlando aura été le favori de la reine Elizabeth 1ère, amoureux pendant le Grand Gel, poète, ambassadeur, gitane, Lady, amoureuse, mère et finalement autrice à succès. La biographie se termine le 11 octobre 1928. Le personnage d’Orlando a été inspiré par Vita. Quand Sally Potter décide de réaliser l’adaptation de cet ouvrage, elle s’attaque à un livre pensé inadaptable, tant par le style de l’écrivaine, que par la profusion d’éléments, de symboles, d’actions que la biographie contient. Phantasmagory a décidé de vous parler de ces deux femmes, aux parcours et talents inhabituels, et de leurs œuvres qui ont marqué chacune à leur manière leur époque.

Virginia Woolf et Orlando

Virginia Woolf est née le 25 janvier 1882 à Londres. Suite à la mort de sa mère (en 1895) puis de son père (en 1904), elle fait une dépression nerveuse et est internée quelque temps. Cela ne l’empêche pas d’écrire pour le Times dès 1905. Son premier roman : La Traversée des apparences (The Voyage Out) sort en 1915. Le récit s’attache à dépeindre avec satire la société anglaise en exil. Nous y suivons une jeune femme, Rachel, qui, à travers ses premiers émois, devient — ou justement, ne le devient pas — une adulte. Elle fonde en 1917 avec son mari, Leonard Woolf, la maison d’édition Hogarth Press qui publiera la plupart de ses écrits. Il est important de citer également Mrs Dalloway (1925), La Promenade du Phare (To the Lighthouse, 1927), Les Vagues (The Waves, 1931), qui sont parmi ses meilleurs ouvrages, avant de nous attarder sur son essai féministe : Un Lieu à Soi1 (A Room of One’s Own, 1929). Ce livre commence avec ce thème : les femmes et la fiction. Tel un dialogue intérieur, Woolf offre une réflexion riche sur la littérature et sur les femmes dans cette même littérature. Inspirée de deux conférences qu’elle a données à l’université de Cambridge — dans des cours pour femmes —, cette interrogation mène à l’espace réservé aux femmes dans la société. Cet essai sera régulièrement cité dans les causes féministes par la suite.
Les ouvrages de Virginia Woolf ont toujours été bien reçus tant par le public que par les critiques. Elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plus grandes romancières de la langue anglaise. Une de ses plus grandes innovatrices. Elle a inspiré certain.e.s écrivain.e.s actuel.les : Margaret Atwood, Michael Cunningham, Gabriel García Márquez…

En écrivant en 1928, la biographie d’un.e certain.e Orlando, Virginia Woolf souhaite changer la littérature de l’époque. Elle propose un texte vivifiant, inattendu et qui encore aujourd’hui arrive à surprendre par sa force, son esprit critique et ses regards acerbes. L’ouvrage, que les lecteur.trice.s empoignent, est une spirale qui vous emporte dans un autre monde. Woolf offre de remonter le temps à travers le personnage insolite d’Orlando.
Nous sommes dans la tête d’Orlando, nous vivons sa vie, mais à travers le point de vue d’une autre personne. Ce qui semble transparaître par delà les mots, les lignes, les phrases est Virginia Woolf. Même si les actions sont tirées de la vie de Vita Sackville-West et de sa famille, Woolf y injecte en permanence ses opinions sur la société. Elle insère d’ailleurs dans son livre des portraits à différentes époques d’Orlando. Les derniers portraits représentant Orlando sont d’ailleurs Vita. En changeant de sexe, le personnage réalise les différences, les avantages et les inconvénients. Dans le chapitre IV, sur le bateau pour rentrer chez elle, Orlando prend conscience qu’elle ne pourrait par exemple pas sauter dans l’eau pour nager, car ses vêtements l’empêcheraient, ainsi que la décence et la moralité, mais en même temps sans ses vêtements, elle n’aurait pas eu un transat pour se reposer ni une ombrelle pour se cacher du soleil. De plus, le livre s’offre à l’interprétation et à la rêverie. Chaque lecteur.trice est libre d’imaginer, de penser les différents moments du roman. En plus de 300 pages, Woolf propose ainsi mille pistes, mille actions, mille sensations qui semblent tellement loin de ce qu’un.e spectateur.trice pourrait voir dans un film.

Orlando et Sally Potter

Sally Potter réalise à 14 ans son premier court-métrage, avant de se tourner vers la danse. Elle devient chorégraphe et metteuse en scène. À l’âge de 34, elle réalise son premier film The Gold Diggers (1983). Ce long-métrage féministe à la particularité d’avoir été tourné par une équipe uniquement composée de femmes. Elle réalise La Leçon de Tango (The Tango Lesson, 1997), partiellement autobiographique où elle joue le rôle principal d’une cinéaste insatisfaite par l’avancé de son prochain film et qui découvre le tango auprès de Pablo Verón. Tous ses films ont une portée profondément féministe, même si ce n’est pas forcément le sujet principal. Dans son dernier film The Party (2017), huis clos en noir et blanc à l’humour cynique, Janet vient d’être nommée à la tête du ministère de la Santé et invite des amis à fêter cela avec elle. Alors que cela devait être une soirée tranquille, les personnages vont très vite dire ce qu’ils pensent. 

Photogrammes x2(1)

C’est en 1992 qu’elle se fait connaître à l’international avec son film Orlando tiré de l’oeuvre éponyme de Virginia Woolf. Elle lit l’ouvrage quand elle est encore adolescente. C’est en 1984 qu’elle pitche la première fois le film et les retours sont tous négatifs : “impossible, infaisable, beaucoup trop cher”. Elle met alors en pause le projet avant de le reprendre, quelques années plus tard. Quatre ans de préparation et quatre millions de dollars après, ainsi qu’une équipe composée d’une centaine de personnes, le tournage débute en février 1992 à Saint-Pétersbourg en Russie. Sally Potter décide de ne pas s’attarder sur les détails, mais de prendre l’essence du récit.2 C’est comme si elle faisait un résumé de tout ce qui arrivait à Orlando en ne tenant compte que des principales actions. Pour représenter les différentes époques, une attention toute particulière a été donnée aux costumes, réalisés par Sandy Powell. Par ailleurs, la musique, composée par Sally Potter, aide également à retranscrire les émotions vécues par le personnage. Les voix féminines qui chantent, mais sans forcément dire des mots, représentent les millions de voix qui tournent dans la tête d’Orlando. Pour renforcer les travestissements des personnages — dans le livre, un des personnages est un homme qui se déguise en femme pour s’approcher d’Orlando, puis se dévoile être un homme quand Orlando devient une femme — Sally Potter fait jouer la reine Elizabeth par un homme. 

Le film est sélectionné dans de nombreux festivals et remporte plusieurs prix.

Le livre et le film

Dire que le livre et le film sont différents va de soi. Les deux sont des médiums différents. Il est pourtant dans le cas présent, un plus grand fossé entre la littérature et le cinéma. En écrivant Orlando, en 1928, Virginia Woolf a pour ambition de révolutionner la littérature anglaise et la biographie. Elle invente en écrivant une nouvelle dimension, une nouvelle perception, une nouvelle manière de raconter l’histoire d’un homme, d’une femme. Le livre est extrêmement innovant tant dans les métaphores que dans les descriptions, mais également dans les émotions ressenties par Orlando à travers les siècles. La parole de la biographe — Virginia Woolf, donc — est aussi très présente et offre au livre des plusieurs degrés de lectures. De plus, le personnage d’Orlando se base sur une personne ayant réellement existé, ce qui rajoute un niveau de lecture passionnant — dans certaines éditions d’Orlando, vous pouvez être renvoyé à des notes qui témoignent des moments qui sont véritablement arrivés à Vita ou à une membre de sa famille. Mais il y a, en plus, la sensibilité de l’autrice, qui est très forte. Et par-dessus, les multiples siècles traversés. 

D’un autre côté, le film n’utilise pas des mots, mais des images. La cinéaste anglaise aurait pu faire le choix, par exemple, pour suivre le fil de pensée de Virginia Woolf, d’utiliser la voix off. C’est d’ailleurs ce qu’elle fait en ouverture du long-métrage et juste avant le générique. Mais elle n’abonde pas en ce sens. Le film aurait d’ailleurs perdu de son intérêt cinématographique et aurait été dans une simplicité redondante et peu riche. Non, Sally Potter fait le choix de perdre la voix du biographe, mais pas forcément sa vision ni son message. En effet, les personnages aux différentes époques ne parlent pas beaucoup. Les échanges sont donc pleins de sens et chaque parole est utilisée avec parcimonie. Quand Orlando, en homme, dit à Sacha qu’ils doivent partir ensemble, il lui donne la raison qu’il l’adore. Il est brisé quand elle ne viendra pas, mais les spectateur.trice.s avaient pu lire sur le visage de la jeune femme qu’elle n’en avait pas vraiment envie. Des siècles plus tard, alors qu’Orlando est une femme au bord de la banqueroute, un Archiduc la demande en mariage. Elle refuse. Il lui dit donc :
“Nous sommes en Angleterre, et vous êtes donc mienne.”
“Et pourquoi?”
“Parce que je vous adore.”
Le message n’aurait pas pu être plus clair. Les femmes ne peuvent pas pensés par elle-même.  

Dans le livre, à plusieurs moments, Virginia Woolf interroge sur la place du biographe, regarde donc par un prisme déformé les émotions, les pensées de son personnage. Nous sommes donc finalement toujours mis à distance de ce que pense Orlando. Nous lisons plus ses questionnements, que ses ressentis. Dans le film, en revanche, pour nous rapprocher d’Orlando et nous sentir connecté.e.s à lui/elle, Sally Potter a recourt aux gros plans et également aux regards caméras. Tilda Swinton — qui est lumineuse — nous regarde plusieurs fois, mais jamais dans le vide. Il s’agit toujours à des moments propices et quand sa vie va changer radicalement. Quand elle rencontre Shelmerdine, par exemple. Au début du film, alors que la voix off nous présente le jeune homme, car c’est un homme à ce moment-là, Orlando nous regarde et se présente : « This is I », avant de reprendre sa place dans le récit. Ce sera la seule fois où Orlando nous parlera. Les autres regards caméras seront toujours lourds de sens, finalement pas besoin de la parole.

Photogrammes x2

Virginia Woolf scinde son récit en six chapitres. Chaque chapitre représentant une époque et un Orlando un peu différent. Mais les chapitres sont liés entre eux par les personnages, les souvenirs. Dans le long-métrage, le cinéaste crée des intertitres avec une date et un thème : 1600/Death, 1610/Love, 1650/Poetry, 1700/Politics, 1750/Society, 1850/Sex, Birth. Elle rajoute également un septième chapitre qui se situe dans les années 1990 où Orlando devient une autrice à succès et mère d’une petite fille. C’est finalement dans cette dernière partie que Potter s’éloigne le plus du livre. Les actions décrites ici sont présentées de manières différentes, mais finalement là encore l’essence de l’œuvre est là. 

La plus grosse altérité que réalise le film est d’enlever la création artistique. Tous les moments liés à l’écriture de l’ouvrage ont disparu, à part dans le tableau sur la Poésie. Alors que tout au long de la biographie, à tous les instants de sa vie, Orlando écrit. Dans le long-métrage, cette partie est occultée. Moins cinématographiques — et malgré tout souvent montré, un défi sur les papiers en boule sur le sol pourrait être fait dans les prochains mois — les parties sur l’écriture sont représentées à la fin par le manuscrit qui montre plusieurs types de papier, jaunie par le temps au début et blanc sur la fin. En décidant d’enlever les moments de réflexion sur la Vie, sur la Littérature, sur l’Amour, sur la Nature… Sally Potter souhaite garder seulement ce qui lui paraît essentiel : la critique sociale qui transparaît dans le livre. La satire de l’homme et de la femme à travers les différentes sociétés.

Ainsi chaque œuvre a son identité propre et Sally Potter, tout en restant fidèle à l’ouvrage d’origine, invente une nouvelle manière de raconter l’histoire d’Orlando. Le long-métrage aura été acclamé par sa force visuelle, là où la biographie l’aura été par son talent littéraire. Sans trahir, concevoir une autre forme. Je ne peux que vous conseilliez de découvrir les deux, séparément ou ensemble.

En plus d’être adapté en film par Sally Potter, le livre de Virginia Woolf a aussi été transformé en pièce de théâtre par l’américain Robert Wilson, en 1993. Orlando fait également parti de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires depuis 2010.

Marine Moutot

Notes :
1 – Nouvelle traduction de Marie Darrieussecq qui préfère le mot lieu plutôt que chambre. En effet, la chambre renvoie à l’espace où l’on dort, où l’on procrée. Alors que dans le titre original, Virginia Woolf ne précise pas l’espace : “a room” étant neutre. Explication (page 8) ici.

2 – « It would have been a disservice to Virginia Woolf to remain slavish to the letter of the book, for just as she was always a writer who engaged with writing and the form of the novel, similarly the film needed to engage with the energy of cinema.” Source : dossier de presse


Livre de Virginia Woolf, 1923

Film réalisé par Sally Potter
Avec Tilda Swinton, Quentin Crisp, Billy Zane
Romance, Drame, France, Russie, Italie, Angleterre, Pays-Bas, 1h28
1992


Ces articles pourraient vous plaire

Insta(3) Insta(4) Insta(5)

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :