[CRITIQUE] R.M.N

Temps de lecture : 3 minutes

Matthias rentre chez lui en Roumanie quelques jours avant Noël. Dans son village, beaucoup sont partis pour gagner mieux ailleurs. Il retrouve son fils, son père et son amante, Csilla, qui gère une usine de pain qui nourrit la région. Faute de personnels, l’usine engage deux étrangers. Cela ne tarde pas à enflammer la communauté.

Reparti sans prix cette année au Festival de Cannes, le nouveau film de Cristian Mungiu (Palme d’or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines et 2 jours) est puissant, juste et pose un regard pertinent sur notre monde actuel. Les personnages se croisent autour de thématique universel : l’éducation des enfants, la mort, la place de la femme et de l’homme dans la société, l’Autre. Véritable coup de cœur de 2022, R.M.N est à voir de toute urgence. 

Tension, racisme, masculinité toxique, misogynie, R.M.N cristallise au fond de ce petit village de Transylvanie, province la plus occidentale de Roumanie, toutes les tensions de notre société. R.M.N. qui signifie Rezonanta Magnetica Nucleara en roumain – en français, I.R.M., Imagerie par Résonance Magnétique – est utilisé en imagerie médicale pour révéler les failles, les défauts et les maladies qui peuvent se loger dans le corps humain. C’est ce que fait le cinéaste en réalisant R.M.N. Le personnage principal, Matthias (interprété par Marin Grigore) oscille entre deux mondes : celui de la modernité incarnée par son ancienne amante, Csilla (Judith State, excellente) et celui de la tradition. D’un côté, un village dépeuplé par ses habitants qui cherchent à gagner mieux ailleurs et une usine de pain qui n’arrive pas à trouver d’employés. La mondialisation vient frapper à la porte de ce lieu séculaire. Les étrangers sont différents : ils ne parlent pas la même langue, n’ont pas la même couleur de peau. Tandis que le film s’ouvre sur une insulte envers Matthias, celui n’arrive pas totalement à se mettre à la place des nouveaux employés venus eux aussi chercher une vie meilleure. Matthias est en fuites perpétuelles qui sont les marqueurs de toute l’énergie du récit : une déroute chaotique de la civilisation. 
Dans ses échanges avec Rudi, son jeune fils qui a vu quelque chose de mystérieux qui l’effraie, Matthias veut lui apprendre la violence. Il doit savoir se défendre, la peur ne va pas à un futur homme : il doit être fort, courageux et téméraire. Matthias inhibe ses propres ressenties. Il est tiraillé entre le rejet des étrangers – qu’il était finalement lui-même en Allemagne – et ses sentiments pour Csilla. De son côté, Csilla, qui codirige l’usine de pain de la région, tente de calmer tant les tensions autour de l’arrivée des nouveaux employés que son énervement face au racisme latent. Femme forte et déterminée, elle reste fidèle à ses convictions. Elle n’hésite pas à affronter la foule. Elle ne suit pas le troupeau. 

Le cinéaste fait le choix pour retranscrire les échanges et les tensions de filmer chaque scène en plan séquence. Véritable gymnastique cinématographique, ce choix demande que les situations soient crédibles. Dans la scène de l’église, où a lieu le pogrom contre les étrangers, la parole se libère. Sans coupe, ce moment est d’autant plus intense. En libérant ainsi la parole, qui forcément choque, le réalisateur parle aussi du mal-être d’un peuple. Des contraintes qui pèsent sur lui, des efforts qu’on lui demande, des sacrifices qu’il n’est pas prêt à faire. À ce moment, toute les tensions d’une Europe toute puissante, de l’argent nécessaire, des traditions explosent. 

R.M.N cache un motif en son cœur. C’est celui du monstre tapie en chacun et chacune de nous. Matthias, mais également Csilla, Rudi ou les autres protagonistes doivent tous et toutes faire face à un monstre. Qu’il soit réel, matériel ou intime, ce monstre ronge et détruit.

Marine Moutot

R.M.N
Réalisé par Cristian Mungiu
Avec Marin Grigore, Judith State, Macrina Bârlădeanu
Drame, Roumanie, France, 2022, 2h05
Le Pacte
19 octobre 2022

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :