[CRITIQUE] One Night in Miami

Miami, 25 février 1964. Quatre icônes afro-américaines et amis se retrouvent pour une nuit dans un hôtel : Jim Brown, footballeur américain devenu acteur, Sam Cooke, chanteur-compositeur et l’un des artistes noirs les plus célèbre à l’époque, Mohamed Ali, athlète de renom, et Malcolm X, membre du groupe religieux The Nation of Islam et activiste militant. Ils célèbrent la victoire de Mohamed Ali, alors Cassius Clay, qui vient d’être sacré champion du monde de boxe à 22 ans. Ils vont notamment échanger sur leur vision de la société américaine, alors divisée par la ségrégation.

Inspiré de faits réels et adapté de la pièce de théâtre éponyme de Kemp Powers datant de 2013, le film a été réalisé par l’actrice Regina King en 2020. Il a d’abord été diffusé au Festival de Venise en 2020, puis au Festival international du film de Toronto, avant d’arriver sur la plateforme Prime Vidéo début 2021.

Le film est fortement ancré dans la culture américaine. Il est probable qu’une large partie des spectateurs français ne connaissent pas Jim Brown (Aldis Hodge), ou ne puissent citer beaucoup de chansons de Sam Cooke (Leslie Odom Jr.). Mohamed Ali (Eli Goree) fait figure d’emblème américain à lui tout seul. Ce sont tous des superstars à cette époque, adulés par l’ensemble de la population, à l’exception notable de Malcolm X (Kingsley Ben-Adir). Surtout connu pour ses propos virulents à l’encontre de la population blanche, il fait l’objet de menaces de mort régulières.

Mais rassurez-vous, même en ignorant tout de ces hommes, un spectateur lambda saura apprécier cette œuvre, grâce à l’introduction de certains repères biographiques. Le film présente notamment les conflits de Malcolm X avec les dirigeants de The Nation of Islam, ou encore l’ambivalence de la carrière de Sam Cooke, apprécié par les Blancs comme par les Noirs, se payant le luxe de résider dans des hôtels duquel sont normalement exclus les Afro-américains. Ces éléments de contexte en main, il n’y a plus qu’à se laisser porter par les dialogues, poussés par le besoin urgent de répondre à la question suivante : comment agir, en tant que personnalité afro-américaine, dans la lutte pour l’égalité des droits ? Les dialogues se nourrissent des différentes prises de position, avec Malcolm X et Sam Cooke évoluant à contre-courant l’un de l’autre. 

Malcolm ne cache pas sa haine de l’homme blanc et le clame en direct à la télévision. Il est présenté comme incapable de profiter de moments de paix et légèrement paranoïaque. Il a l’impression d’être suivi et le spectateur ne sait d’ailleurs pas si ses craintes sont fondées ou non, mais le résultat est le même : on est inquiet pour lui. Dans sa hargne de vaincre l’injustice de la ségrégation, il contraint ses amis à rester cloîtrés dans une chambre d’hôtel, alors qu’ils auraient aimé profiter de la nuit, en compagnie d’hôtes peut-être plus charmantes. C’est particulièrement le cas de Sam, qui, à l’inverse de Malcolm, propose de faire évoluer les mentalités à travers ses chansons, en faisant passer un message d’amour, capable de toucher l’ensemble de la population américaine. En jouant avec le système tel qu’il existe, il veut montrer que le changement est possible sans violence.

Ces divergences de point de vue portent le film. Les décors et la mise en scène épurés mettent en lumière les personnages et leurs discours. Les argumentaires développés sont toujours pertinents, appuyés par beaucoup de références culturelles – on peut citer les Rolling Stones, les Beatles, et la très belle chanson de Bob Dylan, Blowin’ in the Wind (1963). Le spectateur sort pensif de son visionnage, ayant assisté pendant près de deux heures durant à une joute verbale de haut vol. Il n’est tiré de ses pensées que par la magnifique scène de fin, une émouvante interprétation de la chanson de Sam Cooke, A change is gonna come (1964), par Leslie Odom Jr.

Angie Lauprêtre


One Night in Miami
Réalisé par Regina King
Avec Kisley Ben-Adir, Eli Goree, Aldis Hodge et Leslie Odom Jr.
Film dramatique, Etats-Unis, 1h54
15 janvier 2021
Disponible sur Amazon Prime

Publié par Phantasmagory

Cinéma - Série - VR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :